Anges, Démons & Sorcellerie


 

Partagez | 
 

 Hôtel de Luce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saigetsu

avatar

Race : Humain (DH)
Rang : Paria

MessageSujet: Hôtel de Luce   Jeu 31 Mar - 20:13

L'obscurité s'abat peu à peu sur la ville, et déjà les lampadaire grésillent, clignotent, puis 'allument un par un. Une allée aux trottoirs impeccables.
Pas une salissure sur le sol, pas un chewing-gum par terre, ni le moindre graffiti sur les murs, ni même une déjection canine pour entacher le paysage aussi classe que rupin de la rue Luce.
La nuit termine de s'établir, et pourtant aucun bruit de pas, ni de pot d'échappement ne parvient à la rue aussi célèbre qu'introuvable.
Cinq néons en formes d'étoiles, gigantesques, aveuglants, encerclent fièrement le nom du fameux "Hôtel de Luce", l'hôtel de la lumière oui...
Mais si son nom ferait sourire n'importe lequel de ces clients, on en dira pas autant des prix qu'il pratique...
Alors pourquoi ce nom me direz vous ? De vous à moi, je pense que le fait qu'on ait l'impression d'être en plein jour lorsque en se tient devant ses portes aux poignées plaquées or, sur ce tapis rouge dont l'absurdité n'a d'égal que sa taille... y est pour quelque chose !

Enfin ! Les premiers clients arrivent. Un couple, très bourgeois. Une grosse dame, évidemment trop serrée dans une robe rouge typique. Ses pas sont plus lourds les uns que les autres, elle donne l'impression que la tonne de bijoux brillants partout sur son imposante carrure la feront succomber d'effort au prochain pas qu'elle osera prendre.
Son mari, chétif en comparaison, à l'air tout aussi épuisé. Des cernes immenses sous ses yeux, ils s'efforce de ne pas prêter l'oreille à sa ronchonnante rombière. Surement espère-t-il qu'elle finira en effet par succomber sous le poids facilement estimable de ses bijoux.
Quoi qu'il en soit, aucun de ces deux là n'aurait pu suffisamment se pencher en arrière pour pouvoir estimer la hauteur démesurée de l'hôtel.


"Et bah voila ! qu'est-ce que je te disais ! Même pas de parking, alors forcément, pas de sécurité ! pas de portier ! De toutes façons c'est comme à chaque que tu as une idée, c'est toujours..."

*cling*

La porte s'ouvra alors d'elle même, en faisant tinter une clochette, et taire la grosse en robe rouge. Son mari en lâcha un minuscule soupir de soulagement, évidemment pas assez fort pour qu'elle puisse l'entendre, imaginez un peu que ça la relance...
Faisant claquer lourdement ses talons aiguille à travers le tapis rouge, elle passa la porte en grommelant...
Un court instant ! Son souffle coupé par la splendeur du hall. Aussi éblouissant que le nom de l'hôtel ! Des chandeliers ornés d'or et de diamants, des statues grecs à faire baver quiconque pose les yeux dessus, un immense contoire de réception en chêne massif sculpté et incrusté d'or !
Pas assez lumineux ? Le vieux oublie de garder sa bouche fermer quand son regard part se perdre dans les méandres visuels de la galerie des miroirs. Des tableaux immenses, signés par les plus grands peintres de l'histoire décorent et s'émulent dans un salon dans lequel on ne saurait dire ce qui est le plus cher entre les canapés, les bouteilles, ou les buffets à volontés mis à disposition du client, en permanence ravitaillé par des cuisiniers dont on ne compte plus le nombre de conquêtes gustatives !!
Deux pairs d'yeux ne suffisait pas pour admirer aussi les tapis, les ornements des escaliers tout aussi démesurés, ou encore ...

Une voix douce et énergique à la fois sorti le couple de son safari photo oculaire. Une voix tout droit sorti d'un film pour adulte, chaude, envoutante, attirante même presque paternelle.
Une voix qui réveille et endort à la fois, une voix qu'on continuer d'écouter mais avec laquelle on voudrai s'endormir, aussi bien qu'une voix avec laquelle on voudrait se réveiller plein d'énergie.
Cette voix portait une chemise blanche impeccable sous un jabot noir suffisamment serré pour suggérer de façon appétissante ce qu'il y avait dessous. Elle partant s'enfourner proprement dans un pantalon noir, sans le moindre pli, comme s'il n'avait jamais marché, les seuls courbes le déformant ne servant qu'à en rendre le contenu plus désirable.
Ses chaussures noirs, vernies, n'avait que faiblement claqué avant de se mettre en place, talon contre talon.
Ses cheveux blonds étaient en parfaite harmonie avec la luminosité de la pièce, tout comme la peau blanche de son cou, serré et mise en valeur par un nœud papillon noir parfaitement noué.
Son visage resplendissant de clarté et de joie de vivre, avait laissé ses lèvres fines et délicates offrir les mots de bienvenue aux premiers clients de la soirée.


"Très chers Madame, Monsieur, j'ai l'honneur de vous souhaiter la bienvenue à l'Hôtel de Luce, veuillez me suivre je vous prie, je vais tout de suite vous remettre les clés de votre chambre."

Un sourire immense, une légère inclinaison de sa tête sur le coté, la voix conduisit le couple charmé jusqu'au contoir de la réception.
Ses pas étaient bien rythmé, par une cadence qui entraine, qui incite à la suivre. C'est sur cette même cadence que le couple se hâta après la voix, dont les talons claquait avec toujours autant de légèreté sur le sol.
C'est en se retournant et en tendant dors et déjà les clés d'une chambre, qu'elle demanda, avec grâce et enthousiasme :


"Avez-vous des bagages ? Voici votre clé. Je vous prie de vous sentir ici chez vous et de vous servir à votre guise à notre buffet à volonté. Si vous désirez des services plus spécifiques je prierai de vous référer à la tablette à votre droite. L'intégralité de l'hôtel est à votre disposition, vous pouvez également circuler à votre guise n'importe où où il n'est pas indiqué l'inverse.
Pour le règlement, ne vous en faite pas, nous verrons cela quand vous repartirez. En attendant je vous souhaite un très agréable séjour à l'Hôtel de Luce, n'hésitez pas à me demander, je suis votre serviteur."

Ses grands yeux d'un violet cristallin n'avait alors pas lâché ceux de la dame en rouge, dont le visage en avait profité pour prendre la couleur de sa robe, ainsi que la couleur prochaine du nez de son mari qui s'aventurait déjà vers l'espace bar-salon, ayant tout oublié de la tyrannie que sa femme lui faisait subir jusqu'à présent.
Elle, elle était aux anges, et flottait maintenant au dessus du sol, s'éloignant avec peine de l'accueil, sa main tenant d'une poigne de fer, les clés de sa chambre.
Dans un ultime effort avant de s'effondrer sur le canapé directement adjacent au buffet, ses yeux pleins d'étoiles purent tout juste percevoir le nom écrit en lettres d'or sur le badge accroché au jabot noir :


[ASUGESTI]
[Oward]
Revenir en haut Aller en bas
 
Hôtel de Luce
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» You grow, you grow like tornado. { Luce & William [X]
» Luce
» Such a precious toy, boy you’ll be my foil. [Luce & Jim]
» Luce & William } J'y suis jamais allé... Balade sur la Lagune.
» Elie Luce, mafioso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anges, Démons & Sorcellerie :: La Terre :: Les villes-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit