Anges, Démons & Sorcellerie


 

Partagez | 
 

 Toujours les mêmes [pv Dodo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Jeu 7 Avr - 20:47

Avec la souplesse d’un chat, il s’aplatit dans l’herbe, persuadé d’être quasiment invisible. Il pleuvait des cordes, il savait pouvoir compter là-dessus pour diluer l’odeur de souffre qui l’accompagnait. De souffre et d’alcool… Il avait quasiment tout essayé, mais rien ne le masquait. Quoiqu’il fasse, ce relent autant naturel que dû à son alcoolisme, le trahissait toujours. Déjà deux fois auparavant, l’Autre avait failli l’avoir à cause de ça. Toutefois ce jour était le sien, le temps était avec lui. L’Autre serait incapable de sentir ce qui émanait de lui, pas avec cette pluie. Dans l’air, il flottait un parfum de bitume humide, d’essence. De chien mouillé, bien que ça soit sans doute possible dû au cabot qui prenait la flotte à côté de la porte d’entrée.
La porte d’une station service moderne, par les vitres de laquelle il pouvait distinguer deux clients autour d’un café, la caissière qui lisait le journal, celui de la veille. Et lui, lui… C’était un hasard qu’ils se soient croisés ici, c’était une chance que l’Autre ne l’ait pas remarqué. Trop occupé à faire son plein, à aller payer et acheter quelques bricoles… Enfin non, il n’avait rien acheté pour l’instant. Il n’avait pas l’air de se décider, à moins qu’il n’ait besoin de rien, et ne fasse que profiter de cet abri temporaire. Trempé comme il l’était, il devait mourir de froid, il aurait dû greloter. Ca lui ressemblait bien de ne rien en laisser paraitre… Abruti, orgueilleux qu’il était. Quelle arrogance… Aujourd’hui, tout ça allait lui retomber sur la figure. Il allait devoir payer le prix de son impertinence. Le dédain qui ne quittait jamais ses traits allaient lui coûter cher, une véritable fortune. Sa peau…
Un frisson le parcourut. Ainsi allongé dans l’herbe humide, il allait attraper froid. C’était cependant secondaire comparé au trophée qu’il allait ramener chez lui. Avec ça, plus personne ne pourrait jamais le prendre de haut. Jamais personne n’avait fait autant… Un nouveau frisson, de l’excitation plus que du froid. Quelle chance avait-il eu de passer par là… Quel heureux hasard…

Du bout du doigt, il chassa un vers de terre ayant eu l’audace de rôder près de lui. Puis le tintement de la porte attira son attention, et ses yeux se plantèrent à nous dans leur cible. Son cœur bondit dans sa poitrine, et craignant d’être vu, il s’écrasa un peu plus sur le sol. Ici, aujourd’hui… Comme l’Autre se penchait vers sa voiture… Une BMW M3 coupé, blanche, superbe, impeccable… Comme l’Autre se penchait vers sa voiture, il ramena son arbalète contre son épaule. S’étala dans l’herbe quand l’Autre fit volte-face dans sa direction. Mais il ne le verrait pas, il ne pouvait pas le voir. S’efforçant de rester calme, il compta quelques secondes, tenta un coup d’œil. L’Autre lui tournait le dos à nouveau, occupé à chercher quelque chose dans la boîte à gants. Un sourire mauvais étira ses lèvres, son regard luisant de plaisir. Deux fois ils s’étaient croisés, deux fois il avait été obligé de battre en retraite. Deux fois, pas trois.
Son arbalète revint se caller contre le creux de son épaule, il hésita au niveau du réservoir… La perspective de le voir se faire souffler comme un fétu de paille, d’entre son corps se fracasser sur le bitume, chaque muscle, chaque os… Le voir perdre son sang, agoniser, et le plaisir de s’approcher à pas de lui, de l’achever… L’écraser d’un coup de talon, comme un vulgaire insecte… Seulement abîmer une telle voiture, un petit bijou qu’il se ferait un plaisir de récupérer après l’avoir abattu… Le petit cercle de son viseur se déplaça jusqu’à l’Autre. Bas du dos, paralysie. Milieu gauche, le cœur. La nuque. Paralysie totale… Le tuer, lentement, à petit feu… Le blesser, lui faire mal… Sentir sa vie filer entre ses doigts…
Son excitation gravit un échelon, il visa le poignet. Une autre flèche déjà prête. L’Autre serait surpris, il n’aurait pas le temps de réagir assez vite. Et lui tirerait une deuxième fois. Son second poignet. Le bas du dos. Le démembrer peu à peu…

La pluie couvrit son rire. Son Index pressa la gâchette.

L’Autre…
Un bruit. Le son d’un rire absent jusque là. Foutu pluie, ça ne l’arrangeait décidément pas. Enfin quelque part, il avait été écrit que la journée serait pourrie. Il prenait ça philosophiquement, à son habitude, parce que s’énerver ça ne changeait en général pas grand-chose. Sauf s’il s’agissait de personnes, et dans ce cas oui, s’énerver dessus n’était pas plus mal.
D’un quart de tour, il se retourna, cherchant d’où était venu ce bruit. Sa main gauche dégaina par réflexe son CZ, éternel CZ… Le clique, le rire, un sifflement à travers les gouttes et l’air. Il sentit la douleur dans son avant bras, la pointe d’acier heurter le métal d’une des broches qu’il avait toujours. Immédiatement il le repéra. Allongé dans une plate bande, non loin de là… Il l’avait suivi ? Jusqu’ici ? Sans qu’il ne le voit ? Il entendit la corde de l’arbalète se tendre à nouveau. Se jeter à terre… Exposer sa BMW ? Sûrement pas, elle lui avait coûté assez cher. Se prendre la flèche suivante ? Dieu sait où elle irait.
En milieu de pensée, il entendit à nouveau le déclique de l’arme. Cette fois-ci parvint à trouver du regard la flèche, à viser et tirer. Calmement. La douleur n’était rien d’autre qu’une information. Une foutue information quand même… Sa balle percuta la flèche, aimablement, cette dernière éclata en deux. Avant même qu’elle ne touche le sol, Jian vidait son chargeur sur le démon. Swan allait râler, mais pour une fois, il n’était pas vraiment responsable. Un coup d’œil pour la station, personne ne semblait avoir prêté attention à ce bref échange. Approchant de l’endroit où s’était tenu son adversaire, le chasseur changea son chargeur. Ce fût seulement au bord de la plate bande qu’il aperçut le corps du démon, qui avait roulé un peu plus loin derrière. Truffé de balles, en voilà un qui…

Alors seulement, il aperçut son visage, et le reconnut pour l’avoir déjà rencontré. Il ne croyait pas au hasard.
Glissant son cz dans sa ceinture, il chercha son téléphone sans le trouver. Et se souvint qu’au comble de sa colère, il l’avait balancé dans le canapé avant de partir. Il ferma les yeux le temps de quelques secondes, retint un gémissement comme il arrachait la flèche de son bras. Maudit démon , il n’avait pas été tout seul en plus. Si ses copains rappliquaient, il aurait l’air intelligent… Seul, manchot, et sans moyen d’appeler Swan. Et trempé par-dessus le marché. Son regard vert se tourna vers le ciel, y chercha une idée, dévisagea les nuages. Son attention se reporta finalement sur son bras. Lentement, aussi délicatement que possible, il retroussa sa manche pour constater que ça avait été net et bien fait. De part en part, plus ou moins entre le radius et le cubitus. Il lui sembla distinguer l’éclat brillant du métal, et n’hésita pas à parier sur une broche jouant les filles de l’air.
Soupire de lassitude, il maudit sa bonne étoile d’avoir choisi de prendre des vacances.
Il abandonna le cadavre sans un regard supplémentaire, et regagna sa voiture. Dans la boîte à gants, du fil, une aiguille, de l’alcool. Heureusement qu’il n’y avait que quelques points de sutures à faire… Sous le siège passager, il trouva une compresse, mais pas de bande. Au lieu de ça, un chiffon blanc, propre. Il allait le déchirer en deux, quand il remarqua une sucette de bébé attachée à un coin. Après un instant de réflexion, passé à se demander qu’est-ce que c’était, et ce que ça foutait là, il pinça les lèvres, abandonna le carré de tissu sur le siège passager. En se relevant, il plia et déplia les doigts, sentit la douleur se raviver. A nouveau debout, il croisa les bras et s’appuya à sa voiture.
Il n’essayait même plus de se persuader que ça n’était pas lui, que ça ne le regardait pas.
Ca parmi le reste, c’était vraiment… Complètement fou.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Dorinne

avatar

Race : Humaine (SD)
Rang : Impératrice de la Dimension Rouge
Objets spéciaux : Moto améliorée
Titre débile : Tyrano-Dodo. Dodonosaure


MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Jeu 7 Avr - 21:50

Devant les stations service il y a toujours c'est espèce de grande pergola industrielles qui ont vocation à protéger les pompes et leurs compteurs électriques de la pluie, de la grêle, des crash d'avion (?). Elles sont très hautes et illuminées par en dessous. Ce n'est pas mon sport favoris mais quand j'avais acheté une glace pour croiser un grand brun qui me disait quelque chose (c'est bizarre j'ai vraiment eu du mal à remettre un nom sur sa tronche) en léchant ma glace, j'ai tout de suite su que j'adorerai faire de l'escalade. Kaizen servait de parapluie art-deco et mes jambes pendaient dans le vide, mes baskets ruisselantes d'eau.

Quand on passe deux années dans le plus parfait désert à ne voir que du sable et des gorges rougeâtres à perte de vue, une bonne averse c'est le paradis sur Terre. Et en parlant de Terre, rien que d'y reposer les pieds je me sentais nostalgique. J'avais opté pour aller à Dysneyland mais Kaizen avait refusé, trop risqué Mickey et Dingo ne lui inspiraient pas confiance, j'ai alors proposé d'aller voir la plus grande bouteille de Ketchup du monde aux Etats-Unis, il a aussi refusé, trop stupide à son goût. Que le plus pur hasard me fasse atterrir dans la station service où Jian s'était arrêté fut peut-être la meilleur option du voyage, celle qui allait rendre Kaizen fou de rage pour les dix prochaines années. Rien que d'y penser ça me met de bonne humeur.

Donc j'étais assise sur un genre de toit très haut, les jambes pendant dans le vide à lécher une glace sous deux ailes-parapluie. Jolie spectacle. Un démon tout à fait visible depuis mon perchoir et Jian en bas avec une arme.
Je me souviendrais de son arme... Est-ce qu'il dort avec ? Je m'étonne mais j'ai vu pire qu'un type qui se trimballe constamment avec une arme. J'ai vu un dragon capable d'avoir encore plus mauvais caractère que Kaizen, et une dragonne-fatale aussi, du genre à vous tomber les garçons (à écaille) comme des mouches. C'est vraiment perturbant.

-Il vise vraiment bien.
-Il a au moins ça.
-Soit pas mauvaise langue Kaizen, je suis sûre qu'il a plein d'autres qualités.
-Pense à autre chose.
-Non.
-...
-Te voir rougir... C'est vraiment terrifiant.

J'ai développé un humour du tonnerre ces dernières années, ça m'occupait et ça m'occupe toujours... Il en soupira sur ma glace ! Et la coquine se fit la mal. Ma boule de glace glissa, tâcha ma chaussure et dévia de sa trajectoire initiale (qui la conduisait sur le toit d'une jolie berline blanche) pour finir par s'écraser juste à côté de la portière passager.

Evidemment, J'ai sauté. Sans réfléchir ! Kaizen m'a porté avant que je ne m'écrase comme un yaourt à la fraise sur le bitume détrempé. Et je me suis accroupie devant ma boule de glace étalée sur le goudron devenue immangeable.

-Et zut !

En me redressant, qui avais-je sous les yeux ? Une tête brune diablement familière !

-Et beh c'est pas passé loin, encore un peu et t'avais droit à un shampooing à la pistache...



* * *




Dernière édition par Dorinne le Ven 8 Avr - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://entre-monde.forumactif.com
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 8 Avr - 12:56

Du regard, il suivit la surface nickel du toit de sa voiture, comme s’il allait pouvoir y trouver une seule imperfection. Pour le plaisir d’aller râler sur le type de l’entretien en rentrant, puis de se résoudre à laver lui-même sa voiture… Swan s’était fichu de lui les premières fois. Et puis finalement il avait admis que c’était comme faire du tricot, comme faire de l’administration sans que ce soit nécessaire. Ca concentrait l’esprit sur quelque chose, et l’obligeait à ne penser à rien. Mais il ne trouva rien. Quoique mouillée, sa carrosserie était impeccable. Ou…
S’écartant brusquement d’un bon mètre, il ne posa pas les yeux sur l’objet non-identifié qui avait manqué de peu sa BMW. Au lieu de ça, son regard chercha, et trouva, le propriétaire dudit objet. Qu’est-ce qui est d’un vert douteux, mou, et qui manque de s’écraser sur un général hunter ? Et qu’est-ce qui a les cheveux blancs, une teigne de lézard et une tête qui lui revenait ?

Quelques visages défilèrent sous ses yeux, une tête de bûche d’archange, une fille aux cheveux blancs.
Le souvenir d’un imbécile qui avait bien manqué de finir mal. Carbonisé par… L’autre sale bête.
L’instinct de survie lui souffla de rester prudent, et sa confiance ayant été divisé par deux fois trois cent soixante cinq et un quart, il referma les doigts de sa main gauche sur son arme. Si les démons restaient son gibier favoris, il n’en était pas moins devenu extrêmement méfiant vis-à-vis de ceux qui ne se rangeaient pas dans la catégorie humain. Ou, pour être exact, dans la catégorie alliés reconnus. D’autant plus que là, il s’agissait d’un dragon, de sa sorcière… D’accord ils s’étaient déjà vus plusieurs fois, par le passé il n’avait jamais rien trouvé d’hostile chez elle. Ils s’étaient même battus côte à côte sur ces quelques mètres de plage…
Vieux souvenirs. Il n’avait pas vu Dorinne depuis une paye…
Il n’y avait pas de glace dans la Dimension rouge ?

Il baissa ses yeux verts sur la boule à la pistache. Ca faisait combien de temps qu’elle était perchée là-haut à manger sa glace ? Un quart d’heure ou plus… Elle était forcément arrivée avant lui. A moins qu’elle n’ait acheté sa glace ailleurs et soit venue la manger ici, mais c’aurait été franchement tiré par les cheveux. Donc elle était là depuis assez longtemps pour avoir au moins repéré le démon. Et, sans doute possible, pour assister au spectacle qu’il venait de donner. Quand bien même elle n’aurait pas repéré le démon, Kaizen avait dû le voir, lui. Il avait dû également le voir sortir de la boutique. Et il n’avait rien dit, rien fait. En résumé, la sorcière et son dragon auraient pu assister à sa mise à mort sans intervenir. Les considérer comme des alliés ? Pour ce qu’il s’en souvenait, Dorinne avait toujours paru comme étant plutôt une fille bien. Mais Kaizen… C’était autre chose. Foutu dragon… Il ne perdait rien pour atteindre le lézard à cerveau de drosophile.

Détachant enfin son regard clair du duo, il jeta un coup d’œil à sa voiture, à la portière, comme pour s’assurer que la boule de glace l’avait bien évité. Il allait déjà avoir du mal à justifier une broche de travers et un trou à travers le bras, inutile d’ajouter à ça de la glace à la pistache.
Ni lui, ni sa berline, n’aurait apprécié un relooking à la glace verte. Lui encore moins que la berline. Déjà peu sensible au second degrés en temps normal, il était carrément de mauvaise humeur aujourd’hui. Maggie l’avait soulé, quelque chose de puissant. Il comprenait mieux pourquoi certains hommes préféraient d’autres hommes : d’un, un mec se fatiguait beaucoup moins qu’une fille, et de deux… Ils ne risquaient pas ce genre « d’accident » idiot. Parce qu’idiot, ça l’était. Et pas qu’un peu…

«
Tu visites le commun des mortels ? »

Soi-dit en passant, et pour ne pas s’attarder sur l’épisode de la glace. Pour replacer un semblant de limite entre eux, parce que… Parce que des limites, il y en avait toujours, encore plus aujourd’hui. Après tout, elle était impératrice, et pas officieusement. C’était concret, c’était connu. De même qu’il était général, qu’il ne pouvait plus se faire le plaisir d’entrer comme si de rien n’était dans certains bars fréquentés que par des chasseurs.
Dommage, parce que ça avait toujours été amusant de pouvoir le faire. De même que ça l’avait été de croiser Dorinne en pouvant la considérer comme une simple fille. Pas comme une impératrice.




* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Dorinne

avatar

Race : Humaine (SD)
Rang : Impératrice de la Dimension Rouge
Objets spéciaux : Moto améliorée
Titre débile : Tyrano-Dodo. Dodonosaure


MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 8 Avr - 13:34

Une réaction typique de Jian... On se croirait passé au rayon X le temps qu'il vous regarde et puis... Et puis c'est comme si rien ne s'était passé. J'en concluais qu'il venait de tirer un trait sur l'inutilité même de cette drôle de rencontre. Il en avait soufflé la coïncidence comme une bougie. C'est pas non plus que je le connais bien mais, pour avoir déjà vu un pan de sa personnalité, je peux dire qu'il ne s'oublie pas, lui. Encore moins la panique de le voir tirer sans considération sur un ami sans même savoir si c'était bien des balles à blancs dans son chargeur. Je me demande encore s'il ne s'en doutait pas...

Sourire toujours radieux sous la pluie battante, mes cheveux se transformaient en une masse ressemblant étrangement à une serpillière sale sur mes épaules. L'eau ne me dérange plus depuis qu'il me suffit d'un claquement de doigt pour l'envoyer voir ailleurs si j'y suis. Quoiqu'il en soit, à le regarder, j'eus confirmation de mes pires craintes : l'univers choisi vraiment n'importe qui pour les destins les plus importants.

-Désolé de ne pas avoir déclenché une guerre pour sauver ta peau...

Non, je ne suis pas du tout désolée en réalité... C'était ma vengeance pour la dernière fois qu'on s'était vu.

-Tu m'offres une autre glace ?

Sous-entendu, c'est de ta faute ça aussi. Sans sa présence, je n'aurais pas parlé de lui, je n'aurais pas agacé Kaizen qui n'aurait pas fait sciemment tomber la boule de glace. Et je parierais sur son idée de départ de la faire s'écraser sur la voiture.
Encore heureux que ce fut un accident évité, Jian m'aurait sûrement transformé en gruyère à l'heure qu'il est.

Tiens maintenant qu'il était là, et qu'on savait tous les deux où se situait l'autre, je me décidais à le coller comme une sangsue. J'ai deux trois trucs à savoir avant de le laisser respirer.

-Au fait, j'ai pas reçu beaucoup de cartes postales de l'autre archange que t'as failli buter la dernière fois.

J'espère que t'en as à me donner, sinon tu vas devoir supporter mes glaces à la pistaches sur la jolie peinture de ta voiture... C'était tout ce qu'exprimait mon regard pétillant et le grand sourire qui l'accompagnait. Régner sur une dimension avait eu le mérite de m'apprendre à ne plus lésiner sur les moyens pour obtenir ce que je veux... Comme, utiliser de l'encens soporifique pour endormir toute la garde le temps de prendre la poudre d'escampette.
J'avais noté ce jour là que Nimu n'avait pas été touchée par mon petit stratagème et qu'il pouvait faire encore bien plus chaud dans le désert... C'est un crime d'avoir filé l'élément du feu à ce dragon là !



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://entre-monde.forumactif.com
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 8 Avr - 14:36

Echange d’amabilités…
Elle était probablement autant désolée que lui l’était pour la glace. En bref, pas du tout. Normal, au fond il n’aurait pas voulu de son aide pour se débarrasser du démon. Contradictoire avec ce qu’il pensait l’instant d’avant ? Non, il avait été sujet de prévenir, pas d’intervenir. Si elle avait dit ne serait-ce qu’un mot, il se serait épargné une perforation de l’avant bras par flèche. C’était que ça faisait un mal de chien… Quoique la douleur était plus due à la broche déplacée qu’à la blessure en elle-même. Au moindre geste, du poignet, de la main, du bras, il sentait la tige d’acier chirurgical se déplacer à travers l’os, et s’enfoncer dans le muscle.
Ses yeux dérivèrent sur sa voiture, la porte côté passager, derrière laquelle il devinait le carré de tissu blanc… Pourquoi ne pas l’avoir déchiré pour s’en servir, pour se faire un bandage ? C’aurait été mieux que cette compresse stupide qui ne faisait qu’absorber son sang. Et puis qu’est-ce que cette foutue sucette pouvait bien faire dans sa voiture ? Légèrement, il fronça les sourcils. Comme s’il fallait qu’absolument tout le ramène à ça. Il avait d’autres chats à fouetter, vraiment, s’occuper d’un morveux c’était le cadet de ses soucis ! Il n’avait même pas le temps de s’occuper correctement de lui (à savoir dormir huit heures par nuit et faire trois repas par jour), qu’est-ce qui lui avait pris à cette demeurée, de se persuader qu’il fallait absolument lui refiler ce môme ! D’accord, elle voulait reprendre la chasse. Mais elle pouvait bien laisser le gamin à quelqu’un d’autre, non ?

Non, parce que d’après elle…

Il secoua la tête, fit tourner son pistolet deux trois fois au creux de sa main. Observa Dorinne, avec beaucoup de chose, mais pas l’intention de lui offrir une glace. D’abord, il n’avait pas un rond sur lui vu qu’il était parti un peu trop vite. Il n’avait même pas son permis de conduire, encore moins ses papiers d’identités. Pas de carte bleue, pas de billets… Il avait eu tout juste assez de monnaie pour payer son plein d’essence. Et s’il avait eu d’avantage, il serait allé se payer une veste neuve version pas trouée et pas imbibée de sang.
Alors que la sorcière reprenait, parlant de cartes postales et d’archange, le jeune chasseur retira ladite veste, préférant encore se retrouver en t-shirt que de garder ce machin. Une vraie pompe à eau qui lui collait à la peau. En temps normal, elle était supportable, mais en temps de pluie… Et puis la manche qui ne cessait de glisser le long de son bras…

Par acquis de conscience, il s’assura que son t-shirt, lui, n’avait pas pris l’eau. Blanc qu’il était, et vu la chance qu’il avait aujourd’hui, il aurait sûrement viré transparent sous l’effet de la pluie… Et rassuré de ce côté-là, il posa la veste sur le toit de sa voiture. Si elle déteignait sur sa peinture blanche, il commettait un meurtre.
Son regard revint enfin sur la demoiselle. Un sourire jusqu’aux oreilles, et ce regard enfantin pétillant de dieu sait quoi… Elle avait changé, et pas tant que ça non plus. Comme quoi, les responsabilités n’assagissaient personne. Elles changeaient tous juste les gens. Juste assez pour qu’ils puissent les assumer…

«
L’ennui des dangers potentiels, c’est qu’on hésite à les remettre en liberté. »

Le danger potentiel en question s’appelait Nevada, Natan pour les intimes. Et il n’avait aucune hésitation à ce sujet : il n’avait pas l’intention de le laisser retourner jouer les électrons libres. Ils avaient joué déjà une fois au chat et à la souris, il n’avait aucune envie de tourner l’épisode deux. Nev était bien bichonné dans un coin tranquille, en attendant qu’il se décide à faire ce que Karl avait toujours voulu : qu’il se joigne aux hunters.
Une nouvelle fois, il fit faire un tour à son cz, sans lâcher la sorcière des yeux. Il avait laissé l’archange « envoyer » une dizaine de cartes et lettres ces deux dernières années. Histoire de le tenir en place, à l’occasion quand il était particulièrement sage. Ils n’avaient jamais su si Dorinne les avait reçu ou pas, personnellement il n’en avait pas grand-chose à faire. India avait essayé de se manifester contre cette réclusion, il s’était fait envoyé promener. Et Swan… Il avait déclaré qu’ils étaient deux grands gamins, toujours à se tirer dans les pattes. Et rien de plus.
En attendant, gamin ou pas… C’était lui qui avait le dessus. Sur Natan, et indirectement sur sa relation avec la jeune fille.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Dorinne

avatar

Race : Humaine (SD)
Rang : Impératrice de la Dimension Rouge
Objets spéciaux : Moto améliorée
Titre débile : Tyrano-Dodo. Dodonosaure


MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 8 Avr - 15:17

La pluie avait cessée ? Depuis combien de temps ? Aucune idée... J'ai froncé les sourcils comme personne n'aurait su le faire. À moins de s'appeler Dorinne et d'avoir un dragon collobasques dans la poche. Tout l'art de ce froncement de sourcils tiens dans l'entrainement intensif, journalier, qu'il faut pour en faire un aussi naturel et expressif : c'est dire que Kaizen a tendance à me courir sur le haricot à longueur de temps. En fait, il coure sur le haricot de tout le monde, il n'y a bien que les dragons et les gens qui bossent au palais qui l'aiment bien. Moi je l'aime... un tout petit peu, de temps en temps.
Tiens ! En parlant du dragon, il s'était consciencieusement enroulé dans ma poche et ce qui dépassait de son corps suffisait à le rendre menaçant : deux pattes, une tête pleine de dents.

Pas de glace alors. Tant pis, je jetais le reste de la mienne dans le panier destiné aux gants en plastiques qu'ils offraient gracieusement juste au dessus. J'ai dû recevoir deux cartes, rien de folichons et même si je pensais à une censure paternelle pour le reste, j'avais espéré un tout petit plus que ça...

-Qu'est-ce que tu fous dehors dans ce cas ?

Nev' était autant un danger que Jian, et si je devais choisir ce n'est pas Nevada que j'aurais enfermé je ne sais où. Mais c'est vrai que Jian on pouvait compter sur lui quand les ennuis vous tombent dessus. Il a une force extraordinaire, un charisme que j'avais su apprécié dès le début, même si on était jamais allé plus loin que les trois banalités échangées et quelques coups reçus.

En pensant à nos premiers mots échangés deux ou trois ans auparavant, je me rendis compte qu'en dehors de Kaizen je n'avais strictement aucune arme. Je me sentais nue... Il pouvait nous tirer dessus et je n'avais même pas un petit cure dent à lui enfoncer sous un ongle. Je devrais peut-être me tenir à carreau ? Non. Ce serait contre mon code d'honneur personnel.

Un type de la station essence sortait de la boutique. Il avait certainement vu deux ou trois choses étranges, comme une gamine aux cheveux gris qui tombe du ciel avec une bestiole ailée pour monture, ou un type jongler avec une arme aussi.

-Je crois que le type là bas va appeler les flics...

Je n'ai pas non plus de pièce d'identité à présenter en cas de contrôle, et ce serait assez cocasse que l'assassin présumé de ses parents quatre ans avant se pointe si gentiment sur une station service et se laisse embarquer par la police.
Sans lui demander son avis je contournais la voiture et me faufilais dedans côté passager.

-Je promets de ne pas laisser Kaizen bouffer les cuirs. On y va ?

S'il avait oublié à quel point j'étais une enquiquineuse de service, il devrait commencer à s'en souvenir subitement. Je récupérais un carré de tissus et y décollais une sucette.

-Ciel ! T'as un môme ou t'organise un nouveau programme de conditionnement qui débute à la maternelle ?

Je suis peut-être allée trop loin... Je devrais tenir ma langue des fois.

*Je te le répètes tous les jours, c'est un miracle que tu t'en sois rendue compte*

... humpf... Mais rien que d'imaginer Jian changer une couche j'en ai du mal à retenir un fou rire.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://entre-monde.forumactif.com
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 8 Avr - 18:32

Il eut beau tenter de se convaincre qu’il n’avait rien entendu, il n’y arriva pas. Si en serrant les poings, il n’avait pas sentit son bras droit crier muettement, il lui en aurait collé une. Ce genre de remarque, venu de Swan il aurait pu le prendre à peu près bien. Mais d’elle, alors qu’ils ne s’étaient pas vus depuis une paire d’année, et qu’ils n’avaient jamais eu grand-chose en commun… D’accord il y avait eu Nev, mais en dehors de lui…
Sans un mot, ses yeux verts s’étrécirent, un léger rictus découvrant le temps d’une seconde ses dents serrées. Lui, il était dehors pour l’unique et bonne raison que personne n’avait encore pu l’enfermer. Comment le remettre en liberté sans, au préalable, l’en priver ? Parce que pour le fait que lui, il aurait du être derrière les barreaux et ne jamais en sortir, ça il ne prétendait pas le contraire. Quoique… Lui il n’avait rien de potentiel. Il était un danger, tout court. Ca s’arrêtait là.

Un bruit du côté de la boutique, il tourna la tête par là-bas, décrochant son attention de la sorcière. Il se serait volontiers défoulé sur elle, surtout qu’avec Kaizen, elle ne risquait sans doute pas grand-chose. A moins qu’il ne lui vide un chargeur dans la tête, et dans ce cas, elle aurait peut-être un peu eu mal… Heureusement que ce mec était là, parce que le suivre du regard le détourna de ses intentions. Du moins temporairement. Il avait du entendre les coups de feu, il avait du le voir tirer. Sur le coup, il n’avait pas tellement fait attention, il n’avait pas pris la peine d’être discret. On ne pouvait pas penser à tout, et l’instinct de survie passait en général avant le reste. Et pour peu que ce rigolo ait vu Dorinne faire ses acrobaties avec Kaizen… Elle ne changeait pas : toujours aussi discrète. Autant il avait fait avec quelques années plus tôt, autant aujourd’hui… Elle tombait mal, vraiment.
Un juron bien senti s’écrasa sur ses dents. Un flic débarquait sous son nez, et il le démontait sur place. Il finirait au poste le plus proche, et il se maudirait lui-même d’avoir fait quelque chose d’aussi stupide… Mais ça le calmerait. Un peu. Peut-être…

Et ça n’était pas pour autant qu’elle devait se sentir obligée de se taper l’incruste dans sa voiture.
Cependant sa paranoïa le détourna des commentaires qu’il s’apprêtait à faire à la sorcière et, d’un rapide regard panoramique, il chercha l’ombre d’une caméra de surveillance dans la station. Pas folle la guêpe, il n’avait pas envie de se faire avoir aussi bêtement. Aucun humour le mec de la station… Par contre deux caméras. Son attention se reporta sur la boutique, la caisse. Un écran partagé en deux. Un magnétoscope en dessous.
Avec sang froid et mauvaise humeur, il gagna la porte côté conducteur, l’ouvrit et se pencha pour attraper le fusil à pompe qui dormait paisiblement par terre, le long du siège. Que Kaizen abîme sa voiture, et il referait le cuir avec celui de cet abruti de saurien. Se redressant, il arma, épaula le fusil, visa par-dessus la portière. Un coup partit, la caissière se jeta à terre comme la vitre explosait. Il réarma. Le temps d’entendre la question de Dorinne. Pressa la détente en évitant de se tourner brusquement vers elle. Adieu magnétoscope, adieu cassette. De toute façon, tout ça, c’était dépassé.

D’humeur polaire, il balança presque le fusil là où il l’avait pris, tendit le bras pour récupérer sa veste et la jeter sur la banquette arrière. Bien que l’envie soit là, il évita de claquer la portière histoire d’épargner les joints. Il calla son pistolet sous sa cuisse gauche, tourna les clés de contact.
Il posa les mains sur le volant, puis se ravisa. Et ses mains, sur le volant elles n’y restèrent pas. Si, l’une demeura dessus, et l’autre se ferma sur l’épaule de la jeune fille, l’obligeant à se rapprocher de lui.
S’il n’avait pas eu les dents solides, elles auraient volé en éclat sous la pression.

«
Dépasse pas les limites… Dorinne. »

Il avait craché ces paroles, et murmuré son prénom.
Sans rien dire de plus, il la lâcha, passa la première, et accéléra, quitta la station. Passa la seconde au passage, rapidement en vint à la troisième. Dans un virage, tourner le volant tira sur son bras, et sa main droite lâcha prise. Il aurait pu dire précisément où se trouvait la broche déplacée. Il hésita, puis ralentit légèrement, à peine.
Une dizaine de minutes les séparait de la station service, quand il ouvrit à nouveau la bouche. Plus calme, avec un peu plus de sang froid. Il n’avait pas récupéré la sucette, pas plus que le chiffon. Comme si y toucher…

«
J’ai un môme oui, il s’appelle Yannick, il a un an. »

Il baissa les yeux sur son avant bras, le regarda des deux côtés pour s’assurer que la broche ne prenait pas l’air à travers la compresse et les points de suture. Un môme, lui… Devant Swan il n’aurait jamais pu l’avouer, parce que… Swan n’y croyait pas. Il y pensait sans y croire. Il ne voulait pas y croire.
Mais lui, en ayant vu une fois ce gosse…

«
Et toi quoi de neuf ? »

On balance des banalités histoire de s’occuper, histoire de faire comme si on était normaux, toi pas impératrice, moi pas général, comme si tu n’avais pas de dragon dans ta poche, et moi pas de gamin…



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Dorinne

avatar

Race : Humaine (SD)
Rang : Impératrice de la Dimension Rouge
Objets spéciaux : Moto améliorée
Titre débile : Tyrano-Dodo. Dodonosaure


MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 8 Avr - 19:08

Un coup de feu, mon oreille gauche bourdonnait, les fusils à pompe ont cette drôle de manie de vous donner des mots de tête... Un bruit de verre cassé avait su se frayer un chemin jusqu'à ma cervelle ainsi que cette petite voix qui me criait : la ferme avant de te manger une balle entre les yeux.
Je crois que Kaizen essaye d'imiter ma voix, d'où la "petite" voix. Un dragon qui parle comme une souris c'est franchement glauque, plus encore lorsque c'est dans ma tête.

Hochement de menton soudain et très conciliant. Je ne voulais pas qu'il me broie l'épaule. Il avait vraiment l'air furieux. Sujet sensible, c'est ça ?

*J'ai rien fais.
C'est ça je vais te croire.
Lui par contre je vais faire disparaitre ses mains, il a pas l'air d'en avoir tant besoin que ça*


J'étais de nouveau libre quand Kaizen grimpa sur le dossier du siège, et ses yeux rougeoyants posés sur Jian qui avait enfin décidé de conduire... Quoique, c'est un bien grand mot, disons qu'il avait lancé la voiture à pleine vitesse sur la première route accessible et que je m'étais accrochée à ma ceinture en priant sainte Rita de me protéger.
J'étais toujours agrippée à la bande quand il ouvrit la bouche sans faire grincer ses incisives.

-C'est un joli prénom Yannick.

J'entendais en bruit de fond les pensées de Kaizen qui réfléchissait à la meilleur façon de carboniser cette jolie voiture toute neuve. Jian n'aurait pas aimé, mais on parle de la fierté d'un dragon qui n'a pas mordu le premier, et ça Kaizen en avait horreur. Que je fasse ma forte tête, il s'en fiche, que quelqu'un y réponde, là par contre... Du calme gros nounours, Jian ne me tuera pas, pas de sitôt en tout cas.
Je me retins de lui demander s'il s'en occupait. Jian avec une couche sale dans une main, j'en aurais presque peur pour le gamin.

-Un palais, des domestiques, encore plus de dragons que dans mes pires cauchemars et un désert. Deux ans d'apprentissage pour espérer me mettre du plomb dans la cervelle et c'est moi qui suis prête à me mettre une balle maintenant. Mais fort heureusement, j'ai trouvé de quoi me distraire.

Lui, en l'occurence. Et le reste parce que la normalité est ennuyeuse et pas dans nos cordes.

-Ils ont pas de psy chez les hunters ? Tu devrais y songer. À moins que découvrir l'estomac de Kaizen fasse partie des choses que tu aimerais faire avant de mourir.

J'étais sérieuse. Avec le temps j'avais un peu perdu en naïveté, j'étais toujours un peu déjantée et pas forcément très intelligente, mais j'avais appris la fierté et la loi du plus fort qui m'a poussé à faire tuer un roi m'avait aussi enseigner qu'il vaut mieux ne pas se laisser marcher dessus. Peu importe la raison, j'ai vu Kaizen tenir tête à des dangers publics, Ash, Yukirei, Nimu, je crois que la vie de palais m'a fais oublier qu'on ne doit pas jouer avec le danger.
En réalité, j'étais plutôt instable à penser simplement "je te prends quand tu veux mon grand". Avoir peur ne m'a pas sauvé la vie par le passé, me battre, si.

J'ai décollé la sucette que je laissais tomber sur le tableau de bord. C'est son gosse, pas le miens, qu'il s'en prenne à ce dernier pour les traces de sucre. Je déchirais le tissus en deux bandes.

-Arrête-toi et file moi ton bras, tu pisses le sang c'est super crade.

Regard insistant envers le hunter qui devrait prendre des calmants avant de sortir. Je tendis la main et mon sourire était de retour. Non, je ne compte pas le lâcher, je n'ai pas eu de réponse au sujet de Nathan et j'attendais toujours. Pas de chance pour lui, je pouvais me montrer collante et il était passé au rang de distraction inespérée. Encore mieux que Dysneyland.
L'inconscience. Je suis la meilleur dans ce domaine.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://entre-monde.forumactif.com
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 8 Avr - 21:12

Il distingua un mouvement sur sa droite, jeta un coup d’œil au rétroviseur du centre. Personne derrière. Le mouvement ? Ca devait être Kaizen. Fichu lézard… Décidément, les dragons ça n’était pas ce qu’il préférait. Il n’en n’avait jamais croisé un seul de supportable.
Doucement, il appuya un peu plus sur l’accélérateur, suivant l’aiguille du compteur de vitesse. Il passa la quatrième, la cinquième. Un peu trop brusquement, vu comme il sentit sa peau tirer sur les points de suture. Oui c’était un joli prénom Yannick, mais devenir père n’avait pas fait parti de sa liste de noël, devoir éduquer un gosse encore moins. Encore, Maggie l’aurait gardé, ça ne lui aurait fait ni chaud ni froid. Quelle idée elle avait eu de garder le môme, surtout pour au final le lui refiler. D’accord, elle voulait reprendre la chasse, reprendre sa vie. Mais c’était vraiment nécessaire que ce soit lui qui hérite du morveux ? Les organisations pour enfants sans parent, ça ne…
Quoique non. Il y avait pensé, mais non. Son gosse à lui, dans une famille d’accueille, chez n’importe qui… Jamais.
En même temps, il n’avait ni le temps, ni les moyens de s’en occuper. Et peut-être encore moins l’envie. Ou…

Il secoua la tête, par réflexe reposa sa main droite sur le volant. Crétin.
Concentra ses pensées sur Dorinne. Il était peut-être temps de se calmer sérieusement. En moins de dix minutes, il avait vidé un chargeur sur un démon, pris une flèche en travers du bras, explosé une vitre et un magnétoscope à coup de fusil à pompe. La glace à la pistache comptait dans les dommages collatéraux. Il avait également failli en coller une à la sorcière, ce qui avait du mettre Kaizen de mauvaise humeur. Une fois, il respira profondément. En général ça suffisait. Et comme d’habitude, cela suffit à lui faire retrouver son calme.
Elle avait l’air d’avoir eu plus ou moins la belle vie pendant ces deux années. Même si lui « mettre du plomb dans la cervelle » avait du être une véritable corvée, autant pour elle que pour ses professeurs. De quoi se divertir, ça c’était balancer des boules de glaces sur les têtes des hunters, ou admirer l’affrontement inégal entre lesdits hunters et des démons ?

Et pourquoi faire un psy ?
L’estomac de… ?

Il tourna la tête vers elle, pas du tout traumatisé par l’idée de ne pas regarder sa route. Haussant un sourcil, il dévisagea la jeune sorcière, comme s’il ne la prenait pas au sérieux. Une menace ? Non. Mais elle parlait sérieusement.

«
J’y songe. »

Visiter un dragon de l’intérieur, elle n’espérait quand même pas que ça l’impressionnerait… Même en n’étant qu’un humain, qu’un simple petit homme, les dragons ne faisaient pas parti de ce qui lui faisait peur. Au contraire, il les trouvait à peu près aussi détestables que fascinants. Quel dragon ne prenait pas de haut l’humanité ? Tous autant qu’ils étaient, il aurait voulu leur prouver qu’un moins que rien de petit homme pouvait venir à bout de l’un d’eux. Et un jour, il le ferait. Enfin pas aujourd’hui non plus.
Son attention se reporta sur sa route, un sourire en coin se dessinant sur ses lèvres. Trahissant combien il était terrorisé à l’idée d’aller découvrir le système digestif de Kaizen. Natan était terrorisé par les dragons. Mais lui, lui il n’était pas Natan. Avoir peur d’eux ? C’était la dernière chose à laquelle il aurait songé.

A trois kilomètres, il repéra la sucette s’approcher du tableau de bord. L’idée que ça puisse laisser une trace… A peine effleura-t-elle la voiture que la main du chasseur pêchait déjà la sucette, ouvrait la fenêtre, et la balançait à l’extérieur. Peut-être qu’un écureuil malchanceux se la prendrait dans l’œil… En attendant, c’était le cadet de ses soucis. Chacun sa merde. Et voilà qu’elle lui donnait des ordres… Vraiment, il ne manquait plus que ça.
Sa main revint vers le levier de vitesse, il rétrograda de deux. Encore mieux ne pas rouler à une main à grande vitesse, il se sentait encore un peu jeune pour mourir, et expliquer à saint Pierre la longue liste de ses crimes. S’arrêter, ça sûrement pas. Tant qu’ils roulaient, juste assez vite, Kaizen ne pouvait rien faire sans prendre le risque de tous les trois les emplafonner. Or dans ce cas, même avec beaucoup d’imagination, le dragon risquait d’avoir du mal à sauver sa sorcière. Ce semblant de garanti mettait également sa peau en jeu, mais ça, quelque part c’était secondaire. Sa peau, elle finirait un jour deux pieds sous terre. L’idée ne lui faisait pas plus peur que ça.

Au coup d’œil à son siège, à son jeans, lui indiqua que le terme « tu pisses le sang » était assez proche de la réalité. Note, comme médecin il en valait vraiment pas une. D’accord ça n’était pas la première fois que son tapis de sol s’imbibait de son sang, mais… Le chiffon qu’elle venait de déchirer sans façon…

«
J’ai pas choisi son prénom. »

Lâchant son levier de vitesses, sa paume il laissa sa marque rouge. C’était la femme de ménage qui allait être contente… Et sans faire de manière, sans non plus quitter la route des yeux, il tendit son bras droit à la sorcière dragon, espérant que Kaizen ne jugerait pas nécessaire de se venger en lui faisant une cautérisation gratuite.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Dorinne

avatar

Race : Humaine (SD)
Rang : Impératrice de la Dimension Rouge
Objets spéciaux : Moto améliorée
Titre débile : Tyrano-Dodo. Dodonosaure


MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 8 Avr - 23:20

Première frayeur, quand il me parle sans se soucier de la vitesse à laquelle il roule et du risque potentiellement élevé de nous enfoncer dans... n'importe quoi, mais rien de sympathique c'est certain.
Deuxième frayeur, quand il arrive à la cinquième vitesse. J'ai beau me dire que je n'avais qu'à pas monter dans cette voiture, ça ne me console pas. Mourir maintenant ne me console pas, encore pire si c'est de ma faute.

Lui ça ne le dérange pas le moins du monde. De voir son champs de vision rétrécir et de sentir la voiture vibrer sous ses pieds sans qu'il ne s'imagine finir dans le décor.
Il ferait un beau vase, un peu taciturne dans son genre, mais plutôt ... artistique dans son genre, au dessus d'une cheminée, ses cendres à l'intérieur...
Une sucette volante alla se coller dans l'herbe (le truc vert qui défile ça ressemble à de l'herbe, mais on pourrait être devant des panneaux verts vantant les mérites de la quincaillerie de Jojo que ce serait du même effet) et je plaquais le tissus sur le poignet.

Il pensait que je serais douce et agréable ? Y a marqué infirmière sur mon front peut-être ?
Je retirais la compresse qui n'était plus que du sang coagulé et peut-être un peu de gaze en dessous. J'ai serré la bande et fini par la nouer en la déchirant en son milieu sur le pan en trop. Il avait un jolie nœud (froissé et mal fagoté) au poignet, prêt pour son bal de débutant !

-Ce n'est qu'un nom. Tout comme toi, il en changera quand ça lui passera par la tête.

Je suis une experte en sale gosse, moins en adulte potentiellement dangereux (sans le "potentiellement" si ça lui fait plaisir). Je dédaignais son poignet et m'enfonçais dans le siège les bras croisés sous la poitrine. Je m'étais tâchée dans l'opération et les déchets avaient trouvé leur place dans un bout de tissus qui trainait là.

-Ça te dit un cinéma ?

Quoi ? Je suis venue sur Terre pour me détendre pas pour jouer les infirmières pour un hunter pas fichu de faire attention quand il est vulnérable... Mon sourire était de retour et j'étais très sérieuse en lui faisant la proposition, j'étais presque sûre qu'avec lui, regarder un film sera reposant (Kaizen parle tout le temps pour critiquer les décors et les scénarios...).

-Si tu dis oui, je peux essayer de me tenir tranquille, et je ne dirais rien à Swan à propos du démon.

Comme quoi il aurait tourné le dos à un démon, et qu'il a fusiller une supérette aussi... On ose dire que je ne suis pas discrète après ! Et ça l'amusera peut-être, un bon film d'action, ou un truc niais... Si j'arrive à le dérider un peu...

-Tu préfères aller à l'hôpital avant, peut-être ?

Oui, c'est comme s'il avait déjà accepté, et alors ?



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://entre-monde.forumactif.com
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Sam 9 Avr - 13:54

De la part d’une sorcière dragon devant supporter un Kaizen à longueur de temps depuis des années, il n’en avait pas attendu beaucoup plus. Quand elle serra la bande improvisée, il sentit le muscle de son avant bras se tendre. Résister par réflexe… Mauvaise idée. Il sentit également la broche bouger légèrement. Il était bon pour aller enfin voir le chirurgien (comme s’il avait que ça à faire), ou… Pour s’enlever cette ferraille tout seul. Comme de toute façon elle ne tenait plus en place, ça ne serait pas bien difficile. Juste… Un peu sanguinolent. Il y songea, bien que ce soit inutile. De toute façon, Swan l’enverrait voir le médecin de bord, qu’il le veuille ou non. Et à raison, même si, lui, il ne céderait jamais ça à son second.
Comme elle reprenait la parole, il lui jeta un regard en coin, semblant lui demander si elle parlait sérieusement, ou si elle ne faisait que raconter une ânerie de plus. Il fallait le dire, elle était une spécialiste dans le domaine. Kaizen et ses autres professeurs avaient du s’arracher les écailles…

Tout comme toi.
Il focalisa son attention sur la route, la main de son bras blessé passa la quatrième. Un coup de douleur, il n’en regretta pas pour autant une boîte automatique. Rouler vite, sans une boîte manuelle, c’était un peu conduire sans volant. Intérêt zéro. Ca n’était peut-être qu’un prénom, mais il avait du sens pour certaines personnes. Lui il avait changé quand il n’y avait plus eu personne autour de lui pour se souvenir de la provenance de ce prénom débile. Et quand il ne serait plus général, il changerait encore de nom, pour que personne ne l’enquiquine plus. Il osait espérer que ce môme aurait la chance de pouvoir garder son nom toute sa vie, de toujours avoir au moins une personne pour se souvenir de qui l’avait baptisé, et pourquoi.
La question inattendue de Dorinne le tira de ses pensées à nouveau.
Au moins une personne, mais pas lui.

«
Si tu me payes la place, oui. »

Aller savoir, faire autre chose que ce qu’il faisait d’habitude ne lui ferait pas de mal. Et puis avec Dorinne… Elle était malgré tout l’impératrice des sorciers dragons et… Et quoi ? Et rien. Elle n’était pas en ambassade, lui encore moins. Ils n’avaient jamais prévu de se rencontrer aujourd’hui, ici, à cette heure. C’était un simple hasard, et au fond, ni elle ni lui n’était là pour remplir ses fonctions. Aucun accord sous-entendu ne serait conclus, aucune paix, encore moins d’alliance. Ils savaient tous les deux que, dans les limites du raisonnable, ils pouvaient à peu de choses près compter l’un sur l’autre. Disons… Tant que ça n’avait rien de professionnel, que ça n’engageait personne d’autres qu’eux deux.
Quant à rester tranquille, elle… Elle ? Il doutait qu’elle en soit capable.
Et Swan… Il saurait. Il allait flairer le démon, il allait sentir l’odeur de la poudre et du sang. Et puis il constaterait certains dégâts… Du genre un trou à travers le bras, rafistolé n’importe comment et dans un bandage carrément de mauvaise qualité. Par contre, elle pourrait lui donner des détails. Du genre qu’il n’avait même pas repéré ce foutu démon, qu’il ne s’était pas méfié un seul instant, qu’il ne l’avait pas repéré elle et Kaizen, qu’il avait ouvert le feu devant témoins, à deux reprises. Dans tous les cas, se faire un cinéma c’était toujours mieux que le reste.

Sa proposition d’aller à l’hôpital lui tira presque un vrai sourire. L’idée l’amusait. Lui dans un vrai hôpital… Il préférait encore éviter ça. Comment il expliquerait les broches dans son avant bras, alors qu’il n’avait jamais été admis nulle part ?

«
Et peut-être pas. »

Oui ou pas, il préférait mourir d’infection plutôt que d’aller aux urgences. D’autant plus que mourir, il en était encore loin. D’accord, la blessure était là, mais avec le bandage et les points de suture, ça tiendrait jusqu’à ce qu’il rentre. Il suffisait qu’il n’utilise pas trop violemment son bras, et la broche ne bougerait pas d’avantage.

«
Quel film ? »

Sa question flotta en l’air sans qu’il n’ajoute quoique ce soit derrière. A moins de cent mètres d’eux, trois types pareillement vêtus de vêtements sombres et discrets, devant une ford kuga titanium d’un gris mahore métallisé, dans lequel il ne songea même pas à emplafonner sa berline. Pour le coup, il ne ferait pas le poids. Pas en rentrant dedans en tout cas. Il songea à faire demi-tour, seulement Dorinne serait bien capable de retapisser son intérieur, et ça, très peu pour lui. Et puis pas dit qu’il parviendrait à semer ces abrutis…
Ils tombaient bien, se défouler juste avant un bon cinéma, c’était excellent pour la santé.

«
Les copains de l’autre. »

Au cas où une explication intéresserait la sorcière.
Il n’ajouta rien, occupé à rétrograder, à ralentir au maximum pour s’éviter de piler. D’abord sa voiture n’aimerait que moyennement, et ensuite, sa passagère risquait de ne pas apprécier du tout. Il n’avait aucune envie qu’elle le lui fasse payer d’une façon ou d’une autre.
En quelques secondes, la voiture s’arrêta définitivement. A une dizaine de mètres des trois démons. Ils n’avaient pas l’air d’être armés, mais ils avaient la magie. Et ça… Ca restait un sacré avantage. Si lui, il en était immunisé… Sa BMW ne l’était pas. Il pianota un instant sur son volant, réfléchissant à un plan B. Il se serait écouté, il serait sorti pour les allumer, à l’arme à feu d’abord. Sans espoir de les toucher, mais au moins pour s’éloigner de la berline et éviter de rayer la peinture. Il aurait bien réussi à s’approcher d’eux, pour les finir à l’arme blanche. Son couteau de chasse avait toujours fait l’affaire jusque là, et puis de toute façon, le sabre de Nev était dans le coffre…

Récupérant son fusil à pompe, il le tendit à Dorinne. Plan B. Ces abrutis ne l’avaient sans doute jamais vu, elle. Elle pourrait passer pour l’un des leurs, ou, du moins, pour quelqu’un étant contre lui.

«
Sors de la voiture en braquant ça sur moi. Arrange-toi pour qu’ils s’approchent. »

Sa main droite déverrouilla les portières pour permettre à Dorinne de sortir, puis il passa sa main sous son t-shirt blanc pour récupérer son couteau dont l’étui était accroché contre sa hanche gauche, sous ses vêtements. Lui paranoïaque ? Fallait avouer que ça lui facilitait beaucoup la vie de l’être.
Que ces rigolos s’approchent, l’approche lui, et il se ferait une joie de calmer ses nerfs sur eux.




* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Dorinne

avatar

Race : Humaine (SD)
Rang : Impératrice de la Dimension Rouge
Objets spéciaux : Moto améliorée
Titre débile : Tyrano-Dodo. Dodonosaure


MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Sam 9 Avr - 14:57

Mais quel rat ! "Si tu me payes la place"... J'ai l'air d'être l'armée du salue ? Je jurerai être née avec deux chromosomes identiques dans mes marqueurs, hors les gens qui ont deux chromosomes identiques (le fameux XX) ne payent pas quand ils sortent, ils se font payer le cinéma, le restaurant, les pv aussi !
Jian a lui aussi un double chromosome caché là dessous ? Si ça c'est pas de la déception... Mais j'acquiesce, on sort pas ensemble *encore heureux* et je ne comptais pas payer l'entrée du cinéma non plus. J'ai claqué mes rares économies en monnaies terrienne dans une glace qu'il aurait pu avoir la descence de se prendre sur la tête.

-Je sais pas, un film d'action, j'aime bien les trucs chinois ou avec des chinois, ça me rappelle des souvenirs.

Mauvais souvenirs même. Mais ça reste marrant de les voir voleter partout comme des mouches et distribuer des baffes.

-Ou d'action tout court...

Avec Jian on ne manque jamais d'action, bien évidemment. Il freine, la voiture ralenti et je recommence à sentir le bout de mes orteils, mon sang ayant enfin décidé qu'il pouvait de nouveau suivre les chemins habituels plutôt que de se coller au siège... L'inertie, tout ça tout ça.
Kaizen vient me griffer l'épaule et tous les deux nous observons le groupe d'individus louches, ça me manquait ça aussi, de marcher dans la rue (ou de rouler) et de tomber nez à nez avec des gens que je n'avais pas du tout envie de rencontrer. Le bon côté de la dimension rouge c'est de ne plus connaitre ce genre de situation qui rendent le hasard très agaçant.

J'attrape le fusil. Non, je ne sais pas du tout comment ça fonctionne, mais ça n'a rien de grave. Ils ne sauront pas que je ne sais pas m'en servir.

*Soutient le des deux bras, pas contre ton épaule, le doigt pas sur la gachette mais juste à côté ou tu risques de faire disparaitre la tête de l'autre...
J'ai compris Kaizen, pas la peine de lui trouver un surnom.*


De la main gauche je tiens l'arme en visant Jian, il n'a vraiment pas peur que je sois maladroite, de l'autre main j'ouvre la portière et je sors à reculons en gardant l'arme toujours braquée sur lui.

Les autres n'ont rien loupé de la petite scène. Ils sortent de leur véhicule, pas besoin de tourner les yeux vers eux pour voir les armes qu'ils planquent. Kaizen se cache dans la portière ouverte, s'ils approchent de trop on aura toujours les moyens de faire un feu d'artifice même si on manquera certainement de beaucoup de discrétion... Personnellement, l'absence même du mot subtilité du vocabulaire de l'animal ne m'a jamais posé problème mais Jian risque de ne pas trop apprécier.
Une petit renault 5 nous dépasse, le conducteur nous a bien regardé... Et il a considérablement accéléré en comprenant. On aura bientôt les flics sur le dos avec.
Fille, cheveux gris. BMW blanche... génial, hein ? Je devrais venir sur terre plus souvent ! Et il va devoir oublier sa jolie berline au garage. Il peut me la donner s'il veut, je ferais remplacer les cuirs plein de sang.

Ils approchent. S'arrêtent. Ils me jaugent. Et ouep pour les trois prochaines secondes je suis dans votre camp, et j'y resterai bien un peu plus mais je n'ai pas envie de me recevoir un coup de couteau.

-Qu'est-ce que vous foutez, vous pensez peut-être que je vais tenir la pose jusqu'à demain !

Les mettre en rogne, ça c'est le passage du script que je préfère.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://entre-monde.forumactif.com
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Sam 9 Avr - 19:36

Le chasseur manqua de peu d’être surpris par la soudaine docilité de Dorinne. Presque seulement, parce qu’il se souvenait que fasse aux zombies, il avait tout à faire pu compter sur elle aussi. En cas de risques, elle savait faire preuve de bon sens. Quand Nev avait fait son cirque, elle avait aussi plutôt assuré… Alors aujourd’hui, il n’avait aucune raison valable de craindre quoique ce soit.
Impassiblement, il la regarda sortir.
Un bruit de moteur attira son attention, il dévisagea la R5. Il n’aurait pas du oublier que son horoscope lui préservait un karma pourri pour ce jour-là. Entre « l’incident » à la station essence, puis ici… Les flics allaient rappliqué vitesse grand V. Ils auraient l’air fins… Pas de papiers, pas de permis de conduire, encore moins de port d’armes. Un cadavre dans leur sillage, quelques dommages matériels. Plus, d’ici peu, un, deux ou trois morts en plus… Quoiqu’il doutait sérieusement de tous se les faire d’un coup. L’un d’entre eux oui, celui-là il en était sûr. Mais les autres, non. L’un parvenait à ralentir le temps juste autour de lui, soit à maximum une dizaine de centimètres de lui. En soit ça n’était pas dangereux, mais c’était franchement pénible à partir du moment où l’on voulait le tuer. Il avait rapidement constaté qu’une balle dans la tête, ça ne marchait pas sur ce démon. L’autre lui, il pouvait juste se déplacer d’un endroit à un autre. Ce qui ne marchait que pour parcourir de courtes distances, pas comme Swan qui pouvait carrément changer de dimension. Petit joueur peut-être, mais ça lui suffirait pour éviter son attaque.

Il attendit d’entendre la première phrase de la sorcière, avant de faire glisser son couteau à sa main gauche.
Ils étaient à l’arrêt, occupés à observer cette alliée inattendue.
Quand il démarra au quart de tour, l’un se téléporta de quelques mètres sur la droite, l’autre bondit sur la gauche. Mais le troisième éprouva quelques difficultés à esquiver une voiture mettant quatre secondes huit. Elle serait bonne pour le garage sa belle BMW… Mais entre ça et devoir lui finir sur le billard, il préférait encore se déplacer à pieds. Ou alors il emprunterait la caisse de Swan. Ou il utiliserait sa moto, même si elle, il préférait la garder au chaud, loin du danger. Elle n’avait que trop mangé ces deux dernières années.

Juste avant la ford des démons, il freina et tourna, s’arrêta. Il glissa son Cz dans sa ceinture, garda son couteau à la main en ouvrant la portière. Le tout maintenant, c’était d’être rapide. Ils n’étaient plus face à face : les démons étaient au centrer, Dorinne face à eux, lui derrière. Et les jeux étaient équilibrés. Deux contre deux, c’était du domaine du faisable non ?

«
On va discuter maintenant. »

Le démon capable de se téléporter ricana en se tournant vers le général, alors que l’autre demeurait concentré sur Dorinne, comme s’il hésitait encore incertain quant au camp auquel elle appartenait. Il fit un pas vers elle, puis jeta un coup d’œil par-dessus son épaule, comme pour s’assurer que son pote s’en sortait. Avant de reporter son attention sur la fille. Une gamine aux cheveux gris… C’était étrange mais bon… Et elle avait braqué une arme sur Jian mais… Mais elle avait été dans la même voiture que le général. Elle l’avait attrapé ? Un nouveau regard pour le chasseur. Sortit de sa voiture. Armé.

«
On peut savoir qui t’es toi ? »

Toujours aimable, toujours poli. Ceci disait, il avait tiré son arme, un banal semi-automatique.
Jian lui, il n’attendit pas de ne pas avoir de réponse de celui qui s’intéressait à lui. Armé à feu lui aussi… Si sa bagnole se prenait une balle, il faisait un meurtre. Quoique même sans, c’était comme ça que ça allait se finir.
Doucement, Jian frotta le plat de sa lame contre son jeans, avança d’un pas… S’arrêta net en voyant le canon d’un revolver braqué sur lui. Finalement il allait peut-être passer au plan C…

«
- Ok on discute.
- Désolé c’est pas prévu ça. »

Qu’il lève son flingue et arrose le périmètre apporta du poids à ses paroles. Au bruit des quelques balles qui ricochèrent sur la carrosserie, il sentit sa mauvaise humeur gagner l’échelon du dessus. Sa caisse bon sang ! Il pouvait pas viser correctement cet abruti ?! Pas foutu de tuer un mec à six mètres de lui, quel boulet !
Sans façon, il fit sauter sa lame dans sa main, baissa les yeux sur l’aile de sa voiture. Sachant qu’il n’avait pas bougé, ce gars visait vraiment mal. Ou alors il avait espéré avoir la voiture…
Et le débile numéro deux, à Dorinne.

«
Tu permets, on t’emprunte ton pote. »

A ces mots, Jian manqua d’affirmer qu’il n’était pas son « pote », et qu’il était hors de question que qui que ce soit l’emprunte. Quant on ne voulait pas lui refiler de gosses on comptait s’approprier sa personne (jusqu’à l’achever)… Y avait vraiment quelque chose qui n’allait pas droit dans cet univers.




* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Dorinne

avatar

Race : Humaine (SD)
Rang : Impératrice de la Dimension Rouge
Objets spéciaux : Moto améliorée
Titre débile : Tyrano-Dodo. Dodonosaure


MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Sam 9 Avr - 20:33

Mon pied bougre d'andouille ! Je m'étais écartée juste attend de la jolie voiture blanche aux commandes d'un hunter fou. Un de moins, c'était comme au bowling ? Le canon du fusil en main, en voyant la suite venir je commençais à croire que Jian aurait mieux fait de garder l'arme pour lui... Vu que je ne sais pas du tout tirer avec ce genre de modèle, faudrait peut-être qu'il m'apprenne un de ces jours, non ? Ce serait romantique comme rendez-vous ! ... Peut-être pas, finalement.

J'évaluais la situation pour ma propre intégrité physique. Il serait sympathique de ne pas créer une guerre maintenant, même si les miens sont bien au chaud en dimension rouge... Il braque une arme sur moi. Voilà qui change tout. Personne ne doit braquer d'arme sur moi, c'est une autorisation à foutre le bordel pour n'importe quel dragon se situant dans les parages.
Tiens d'ailleurs, il est où le miens ? Médor, t'es où ? Choupette, viens voir maman !

*On peut savoir qui tu appelles "choupette" ?
Toi, cela va de soi... *


Ce regard intérieur plein d'exaspération, ce soupir audible uniquement dans mes pensées, assez long pour exprimer tout ce "je te l'avais bien dit!" qu'il brûlait de me jeter au visage.
J'avais assuré que je ne venais que pour une glace à l'origine... On peut considérer que botter le derrière de trois démons c'était un petit extra, comme au bon vieux temps.
Le démon s'impatiente à me regarder parler avec ma bestiole encore coincée dans la voiture. Si Kaizen explose cette voiture pour en sortir, je crois que Jian me tue. Assez compréhensif sur le sujet, Kaizen opta pour ouvrir la fenêtre. Le sifflement régulier alerta l'autre démon qui entreprit de tirer un autre tiers de ses munitions pour faire exploser les vitres. Mais il n'y avait rien à voir pour ses yeux à lui. Kaizen était de retour dans ma tête bien décidé à prendre de la place.

-Je t'ai demandé qui tu es. Mais morte j'aurais plus besoin de le savoir.

Il leva le bras.

-Ouhla du calme, tu voudrais pas t'attirer des ennuis plus gros que toi, n'est-ce pas ?

Il lève un sourcil, un brin curieux. Partagé entre l'envie de me descendre (et c'est pas le premier) et celle d'en savoir plus. Il n'a pas l'air de vouloir en savoir plus...
Kaizen vient d'apparaitre dans mon dos, agrippé à mon t-shirt. Je sens l'impulsion entre nous. La magie qui allait incarner le bientôt "très gros problème" promis.

Je fonce sur le côté, j'espère éviter les deux balles qu'il aura le temps de tirer avant de voir une ombre au dessus de lui, trop grande pour n'être qu'un nuage passager. La langue de feu qui s'en échappe semble minuscule dans la gueule du dragon, mais suffisamment puissante pour que l'autre cesse de tirer avec son arme.

Des démons avec des armes à feu, c'est comme si je troquais Kaizen contre un Saint-bernard...
Si mes souvenirs sont bons, que l'autre fasse ralentir le temps s'il veut, mais à dix centimètres de lui, une langue de feu de cette puissance aura largement le temps de lui rappeler ses enfers natales.
Jackpot ! Il a plongé pour évité la langue de feu, il fume de partout et son bras est recouvert de flammes.
Il lève le bras pour tirer, mauvaise idée, Kaizen disparait avant de prendre une balle perdue et nous voilà à deux derrière l'énorme ford.

-Tu te rends compte que je voulais aller à Dysneyland ! Et pourquoi t'es si petit, tu pouvais pas te la jouer Big mama pour une fois ?!

Un coup de feu retenti encore, je sursaute, l'autre est bien décidé à faire disparaitre la [censuré] de sorcière-dragon et son [censuré] de lézard, quant à moi j'en mène par large avec le fusil entre les mains dont je n'ai pas tout à fait saisi le concept.
J'ai fini par me relever, le fusil par dessus le capot, je n'ai pas visé -faut pas trop en demander- et j'ai tirer. Pour voir les éclats de la balle ralentir devant son buste et être écartées d'un geste dédaigneux de sa main valide.
Je suis retournée me planquer derrière ma voiture...

*Il triche !
Plus pour longtemps.*


Avoir un dragon ce n'est pas tricher, c'est avoir un as dans sa manche.





* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://entre-monde.forumactif.com
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Dim 10 Avr - 19:53

Le chasseur retourna son couteau dans sa main, attendant que l’autre ouvre à nouveau le feu. Sa limite de téléportation était d’une vingtaine de mètres. Au-delà, et pour ce qu’il savait et se souvenait, le point de réapparition était assez… Vague. Disons qu’il y avait une marge d’erreur qui faisait que ça n’était plus fiable, et qu’en combat, il était inutile de compter là-dessus. Donc, il ne se déplacerait pas à l’extérieur d’un cercle de vingt mètres. Dont un toute la partie située derrière la ford et la BMW pouvait être oubliée. Ainsi que la zone où Dorinne se trouvait. Ainsi que… La partie se trouvant sur sa gauche à lui. En tirant de là, le démon aurait son collègue. Quoiqu’il était après tout capable de se débarrasser des dites balles. Même s’il n’avait pas que ça à faire, puisqu’il était occupé avec Dorinne…

Le bruit d’une vitre de voiture se baissant attira son oreille. Il ne se retourna pas, aucune envie de se prendre une balle pour une minute d’inattention, mais il devina que c’était une vitre de sa voiture. Et vu que ni lui, ni Dorinne n’avait pu l’ouvrir… C’était forcément cette sale bête de dragon. Qu’est-ce que cet iguane préhensile faisait, seul, dans sa caisse ? Il cherchait clairement les problèmes ? Drosophile à écailles, il ne perdait rien pour attendre.
Nouvelle rafale, Jian ne cilla même pas. Il entendit les vitres voler en éclats, se promit de faire payer ça au prochain démon qu’il trouverait. A moins qu’il n’envoie la facture au roi des démons… Mais il y avait peu de chance que ce cher seigneur accède à sa requête. Tant pis, il ferait exactement ce qu’il avait toujours fait avec sa moto. Au garage, et il réparerait sur ses heures de pause. Non pas qu’il en avait, mais il en caserait deux ou trois sur ses heures de sommeil. Swan avait quoi comme voiture déjà ? Bonne question. Comme ils ne l’utilisaient jamais… Quoique ce soit, elle était moins confortable que sa berline, sans quoi ils l’auraient utilisé elle, et pas sa belle caisse sur laquelle il ne pourrait bientôt plus que pleurer.

La question de Dorinne ne s’adressait pas à lui, mais à dire vrai, lui, il ne voulait pas du tout s’attirer des ennuis plus gros que lui. Tout à fait entre eux, il n’avait rien demandé à personne en arrivant à cette station service, et il aurait bien aimé repartir de la même façon. D’un coup, il aurait manqué de peu de compatir au sort de ceux que lui traquait d’habitude.

Une lampe à huile taille XXXL s’alluma, en mode lance-flamme en peau de crocodile. Truc de riche, c’était qu’elle était quand même impératrice Dorinne. Elle ne se serait jamais offert le modèle petit joueur, et puis quoi encore.
Donc, pour refaire un bilan de la situation.
Tournant le tête, il pinça les lèvres en constatant de ses propres yeux l’état de ses voitures. Elle roulait encore, du moins il le supposait. Le pare-choc avant risquait de porter en imprimé négatif la tête d’un démon, et l’aile droite vomirait quelques balles d’ici peu, sans parler des vitres qui tenaient d’avantage des vitraux. Mais avec de la chance, elle roulait encore. Dorinne elle… Un coup d’œil alentour, bref. Trouvée ! Derrière la ford, sans doute avec son ensemble d’écailles pantalon et jacket, porte-monnaie inclus. Pas trop loin de lui, vu qu’il avait manqué de pas grand-chose de se manger ladite ford, à l’épisode précédent. En entendant son fusil à pompe, il se demanda s’il avait bien fait de le lui laisser. Sa voiture était déjà dans un pitoyable état, il aurait bien aimé rentrer avec son attirail complet et fonctionnel.

«
Adios mec ! »

Il se retint de répondre par : « heing ? », bien que l’envie fut là. Il l’avait presque oublié celui-là tiens.
N’attendant pas de se prendre une balle, il se laissa tomber, comptant sur la gravité pour lui fournir une rapidité supérieur à celles des balles. Qui s’enfoncèrent dans la carrosserie pour rejoindre leurs copines. Bande de…
Son Cz alluma le démon, trois balles qui l’obligèrent à se téléporter. Obsédé par l’utilisation de son pouvoir, c’était bien un démon ça. Au lieu d’esquiver bêtement… Mais tant mieux. En voyant là où il apparût, le chasseur se permit d’émettre deux ou trois suppositions de plus sur sa façon de se déplacer, sur son mode d’esquive.

Nouvelle rafale à son intention, il se carapata vite fait vers le coffre de sa voiture, le souleva à peine le temps de récupérer ce qui l’intéressait. Du faux brouillard, avec ça, ils pourraient se faire la mal discrètement. Seul, ou avec Swan, il se les serait fait ces démons. Mais avec Dorinne, c’était risqué. Il ne fallait pas qu’elle se prenne une balle, ni quoique ce soit d’autre. Kaizen lui en aurait fait maladie, Nev aussi, et l’un dans l’autre… Ca lui aurait sérieusement pris la tête.

Secouant la bouteille qu’il tenait à la main, rien de mieux que les fumigènes fait mains, il tendit la main par-dessus son épaule, puis la balança à peu près entre les deux démons. Et sans bruit, juste un éclat de verre brisé, une véritable purée de pois se répandit autour d’eux.
Le général hunter se remit debout, entendant sans écouter les jurons des deux débiles. Calmement, il gagna sa place de conducteur, se glissa sur son siège. Mode, mode… Mode discret. Mode électrique. Il fit basculer l’interrupteur, démarra sa voiture sans un bruit. Comme si de rien était, il contourna la ford, manqua de se barrer. Puis non, il y avait quand même la sorcière quoi… Par la fenêtre cassée, il l’interpela.

«
On va se le faire ce ciné ? »

Un truc avec des chinois, un truc débile et absurde auquel il ne croirait pas… Mais bon. Il pourrait méditer sur la vanité des choses au chaud, paisiblement casé au fond d’un fauteuil confortable… Certes, avec une sorcière dragon casse bonbons avec lui, mais au moins loin de Swan et toute la compagnie.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Dorinne

avatar

Race : Humaine (SD)
Rang : Impératrice de la Dimension Rouge
Objets spéciaux : Moto améliorée
Titre débile : Tyrano-Dodo. Dodonosaure


MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Lun 11 Avr - 17:28

Un ciné, là, maintenant, tout de suite ? On a eu notre dose d'action, non ? Et si on allait manger une glace et faire disparaitre les trous dans ta carrosserie plutôt, et je ne parle pas que de la voiture. Je commençais tout juste à comprendre pourquoi c'était lui le chef des devil hunter et pas n'importe quel autre type blasé, mal rasé, mal fagoté... Parce que c'était Jian. Jian n'était pas comme les autres. Il avait du caractère, un caractère farouche, inaccessible et il avait de l'humour. Plus qu'on ne peut l'imaginer et je ne suis pas sûre qu'il s'en soit rendu compte.
Sans oublier que Jian était au moins aussi déphasé que les deux tiers de l'univers.
Non.
Il est sûrement mille fois plus que tout l'Univers et c'est ça qui en fait quelqu'un... De surprenant.
Non.
Jamais on s'entendra vraiment bien. Je commence à douter de sa capacité à vivre en société. Mais au fond, très au fond, il doit bien avoir un bon fond. Des idéaux, des principes. Mêmes s'ils sont dignes des enfers, je m'en balance. Après tout, ce n'est qu'une question de point de vue. Mais il doit avoir sa propre façon d'exister.
Déjà, en achetant une BMW blanche je savais qu'il n'aimait pas qu'on l'oublie. Sinon il aurait choisi du noir passe partout... À moins qu'il ne compte me rendre une visite dans le désert et dans ce cas le blanc, c'est du tonnerre, pour ça aussi j'ai de gros doutes.

Tout ça pour dire. J'ai sauté dans la voiture, refermé la portière derrière moi quand Kaizen bondissait sur mes genoux depuis la fenêtre.
Là, elle démarre. Silencieuse comme jamais. Il y a deux ans, les voitures électriques c'était du luxe.
J'aimerai que ma moto soit silencieuse comme ça aussi. Mais ma moto ronronne comme une lionne au soleil, elle vibre sous mes jambes et elle est tout aussi agréable à monter que cette berline qui avait de l'allure avant que je ne débarque.
En fait, non. Je suis sûr que Jian aurait eu autant de mal avec ou sans moi. Je suis l'inutilité incarnée. C'est pas mon job le démon. Je fais dans le peace and love à présent... On a une natalité encore trop basse en dimension rouge, on doit donner l'exemple. Sauf que l'impératrice préfère vivre seule que mal accompagnée... Et sachant qu'elle se cogne déjà un dragon, il est pas né celui qui aura le droit de s'assoir sur le trône à ma droite.
Bah oui. Parce que c'est moi le grand manitou qui fait la pluie et le beau temps. Pas de primauté masculine, il n'y a que moi. Le genre de délire qui monte vite à la tête. Bientôt je me prendrais pour Dieu. Yukirei peut aller se rhabiller !

-Faudra vérifier qu'il n'y avait aucune caméra sur la route.

Je m'étais contorsionnée sur mon fauteuil pour regarder derrière. Le brouillard se dissiper, le goudron dévalé et les démons pas prêts à nous lâcher... Que c'est stupide un démon !
Et sinon, pour cette histoire de caméra.

-Ce serait bête d'avoir un mandat d'arrêt sur ta pomme. Moi c'est déjà fait, j'ai interpol au derrière depuis des années. Fis-je avec désinvolture.

Il faut avouer qu'il est pas né l'inspecteur qui me mettra la main dessus sans perdre ses doigts et la tête avec. Il suffit de me regarder pour savoir que cohabiter avec un dragon dans sa tête ne fait pas du bien à quelqu'un, même équilibré.

-T'es sûr que tu veux aller au cinéma avec une voiture pleine de trous et des vitres cassées ? On pourrait te la voler, ou quelqu'un pourrait appeler la police ?

Pas la peine de lui dire que les démons sont pas loin. On a une grosse ford collé aux basques.

-Et si j'ouvrais un portail ? Tu passes dedans, on referme derrière nous et on va ailleurs, dans un autre pays. Je te ramène chez toi avant le couvre-feu, promis.

J'ai fais beaucoup trop de promesses aujourd'hui, demain je me contente d'une glace pistache et d'un aller-retour aux galeries lafayette.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://entre-monde.forumactif.com
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Mar 12 Avr - 17:06

A peine Dorinne repêchée, elle et sa ventouse du jurassique, le hunter accéléra pour s’éloigner de la scène du crime. Sans un bruit, dans l’espoir que les deux autres tâches restent longtemps perdus dans leur brouillard artificiel… Une certaine distance parcourue (soit une cinquantaine de mètres), il lâcha l’accélérateur tout en débrayant. Rien qu’une seconde, le temps de repasser sur le moteur « normal », celui qui faisait du bruit, qui lui imposait même de s’arrêter dans les stations essence. Il préférait économiser le mode électrique, étant donné qu’il ne l’avait pas monté sur sa BMW pour pouvoir faire des kilomètres avec. Non, ça n’avait été que pour se sortir de ce genre de situation, pour pouvoir se tirer en douce, ni vu ni connu, l’air de rien. Ce qui était franchement pratique. Même Swan avait admis que ça valait bien le temps que son ami avait passé dessus, c’était tout dire.

Accélérant à nouveau, il contrôla ses trois rétroviseurs d’un coup d’œil bref, faisant une impression-écran de chaque angle de vue. Puis se traita de tous les noms d’oiseaux du petit Robert. Les caméras, il n’y avait même pas pensé… Si, à la station il y avait pensé, mais pas là. Quel… Quel abruti. Et la sorcière qui en remit une couche…
Mandat d’arrêt, interpole… Et elle sortait ça comme ça, comme si c’était parfaitement naturel. Quoique oui, elle devait s’être faite à cette idée-là elle, depuis le temps… Mais lui, aussi peu innocent soit-il, il n’avait aucun casier, et aucun représentant de cette chère dame Justice n’en voulait à sa personne. Il aurait grandement apprécié que cela reste ainsi, mais… Mais s’il y avait des caméras dans le coin… D’abord, il devrait circuler de toutes les façons possibles et imaginables incluant la notion de discrétion. Ensuite, Swan lui ferait une de ces colères mémorables et dévastatrices, ce qui, à défaut de lui faire peur, lui ferait perdre du temps. Et enfin… Il serait obligé de passer par Nev pour se débarrasser de cet embêtant mandat d’arrêt. A moins qu’il ne contacte Fullman tout seul, c’était aussi une option. Même si… Enfin c’était à Nevada que l’inspecteur devait beaucoup. A lui, Jian… Rien.
Un mensonge ou deux arrangeraient bien ses affaires.

Les deux options que souleva encore Dorinne attira lui fit pincer les lèvres. Un bref grognement craché en juron. L’état de sa voiture… La carrosserie, morte. Les vitres, mortes. Lui… Mort aussi. Bilan on ne peut plus positif, il avait été plus efficace que ça. Il se jura de se défouler sur la première voiture de flics qui apparaitrait dans son champ de vision.
Il n’aimait pas se battre pour rien, il détestait se faire enquiquiner alors qu’il prenait une heure pour essayer de démêler ses pensées. Tout particulièrement aujourd’hui, alors que…
Ses doigts se serrèrent autour de son volant, il serra également les dents, aussi fort que possible. Jusqu’à ce que ses oreilles siffles, qu’il sente les os de sa mâchoire grincer sous l’effort. Maggie aurait dû abandonner ce gosse avant même qu’il ne naisse. Et au lieu de ça, à cause de ces idéaux débiles, de ses croyances, elle l’avait gardé. Et comme elle n’en voulait pas de ce môme, elle voulait le lui refiler, à lui… Qui n’en voulait pas non plus. Qui ne pouvait concrètement pas s’occuper d’un gamin, à défaut de temps, et de l’instinct nécessaire. Lui, en dehors de l’instinct de conservation…

Alors qu’il était en cinquième, il fut contraint de ralentir pour aborder un virage, et la mort dans l’âme, repassa en quatrième. Il aurait voulu demandé à Dorinne de reprendre le fusil à pompes, et de crever les pneus de ces abrutis de démons dès qu’ils seraient à portée de tir mais… Pas dit qu’elle en soit capable.
Il écarta un instant ce foutu gosse de ses pensées.
Un portail ?

Sa main droite se porta à son bras gauche. Sous sa chemise, il sentit le bracelet de Taliesin, payé une fortune deux ans auparavant. La magie n’avait aucun effet sur lui. Mais sur la voiture ? Oui elle en aurait. La magie appliquée directement à sa personne était annihilée.

«
Ok vas-y. »

Il regarda derrière une nouvelle fois.
Indirectement, ça devrait marcher. Y avait intérêt, sans quoi… Sans quoi il allait se retrouver comme un abruti sur le bitume, sans sa caisse en ruine, et sans Dorinne. Grand moment de solitude en vue…



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Dorinne

avatar

Race : Humaine (SD)
Rang : Impératrice de la Dimension Rouge
Objets spéciaux : Moto améliorée
Titre débile : Tyrano-Dodo. Dodonosaure


MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Mer 13 Avr - 8:08

Juste "ok vas y". C'est du lard ou du cochon ? Il a fait d'admirable progrès dans l'art de la communication, si moi j'ai gagné un humour irréprochable (tout est une question de point de vue et de relativité, et de Murphy aussi) lui il semble avoir gagné un sang froid digne de James Bond, sauf que James Bond se fait doublé pour ses cascades, Jian est un pro, il fait tout tout seul. Quel homme !

-Okay. Kaizen sur le toit, s'ils arrivent à nous suivre tu les fais sauter dans le passage.

Bah oui. Autant ne pas s'enquiquiner à ouvrir un portail si c'est pour continuer la course poursuite !
Je m'extirpais de l'habitacle par la fenêtre brisée, je n'ai jamais ouvert de portail depuis une voiture en mouvement... Inerte non plus à vrai dire. Je préférais ne pas me gourrer en faisant jouer le pare-brise entre moi et le fameux portail.
Sans compter que je devais imaginer un portail assez grand et le tenir assez longtemps pour une grosse voiture... Il aurait pu choisir une petit 205, quelque chose d'inconfortable, certes, mais minuscule comparé à cette voiture. Il n'y a plus qu'à espérer que les trous l'ait un minimum allégée.

*Prêt ?
Il aura des traces de griffes sur son toit.
... Tu lui diras toi-même.*


Je me tiens à la poignée à l'intérieur et ma cuisse est appuyée sur un bout de verre qui n'avait pas fini sur le bitume alors que Jian avait dépassé les 100km/h. Le bras libre tendu vers le vide qui refuse de rester en place devant la voiture. Ce serait bien s'il freinait, ça m'aiderait... Mais ce serait contre-productif si j'ai bien compris.

Un coup de feu. Je me recroqueville sur la voiture, j'en ai oublié mon portail en voyant une balle frôler mon épaule. Ils visent mal c'est une véritable bénédiction, un comble pour des démons. Et c'est une honte que personne ne leur ai apprit à tirer correctement. Je ne m'en plains pas, j'ai pitié d'eux, nuance.

Destination ?

*J'aimerai autant éviter la morgue...*

Alors, destination ? Hum, un bon cinéma, il y a un Gaumont d'enfer à Paris, près de l'Opéra, ou on peut opter pour une destination plus... plus tranquille. Hop, va pour la Suisse. C'est mignon la Suisse, on aura qu'à s'enquiller un verre d'absinthe pour faire passer le voyage et l'accent suisse.

Le portail à bien fini par s'ouvrir, après deux ou trois essais et quelques balles rasantes. On se serait cru en plein match de base ball... Grandiose ! La voiture est passée dedans quand la patience de Kaizen mise à trop rude épreuve depuis quelques heures fini par céder à son caractère insupportable. Une boule de feu projetée vers la Ford à l'instant même où nous entrions dans le portail explosa avec une telle puissance qu'à la sortie du portail la voiture fut littéralement projetée par le souffle rapatriée avec nous.
Kaizen avait disparu du toit de la voiture et je venais de m'entailler la jambe avec le bout de verre en me cramponnant à la voiture. Elle, continuait sa course folle, je le savais qu'il aurait dû ralentir !

J'ai bien fini par réussir à m'attacher de nouveau au siège, après une flopée de jurons digne d'un hoplite spartiate. La voiture avait trouvé une nouvelle route goudronnée totalement déserte, et elle fini bien pas retrouver un rythme de croisière supportable... Il parait qu'on peut remonter le temps si on dépasse la vitesse de la lumière.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://entre-monde.forumactif.com
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Jeu 14 Avr - 17:54

Il préféra ne pas parier sur sa bonne étoile. Elle avait du partir en vacances ou poser un jour de congés, étant donné que depuis ce matin, elle brillait par son absence. Même la présence de Dorinne, il n’était pas sûr qu’à la longue, cela joue en sa faveur. Pour peu que Kaizen soit dans un mauvais jour, il allait lui taper sur le système. Pour peu que la sorcière impératrice soit en forme (et ça avait l’air d’être le cas), il allait regretter l’exaspérante Maggie. Quoique non. Il préférait Dorinne à ce pot de colle stupide et bornée qui tenait absolument à faire de lui une figure paternelle. Il avait dû mal à admettre qu’il ait pu coucher avec une fille pareille. Un instant de faiblesse ? Ou d’inconscience ? Peut-être bien qu’elle l’avait drogué. Quoique cette hypothèse était sans doute un tout petit peu extrême. D’un parce que lui était paranoïaque à l’extrême, de deux parce que Swan l’était aussi. Et celui qui le droguerait n’aurait plus qu’à faire ses prières, parce que quand il tomberait dessus, il le mettrait en pièces aussi lentement que possible, en le gardant en vie jusqu’à ce qu’il tienne son cœur dans sa main.
Lui violent ?

C’était pas en cultivant les bégonias qu’il avait réussi à rester là où il était, et même à se hisser plus haut.

Les instructions de Dorinne au batracien de l’équipe lui fit détourner le regard de sa route.
Sur le toit, sur son toit ? Et il allait s’accrocher comment ? Capacité ventouse ? Il aurait voulu y croire, mais rapidement il se débarrassa de cette idée. Par ailleurs au point où en était sa carrosserie, ça n’était plus tellement grave. Il allait devoir banaliser deux semaines pour remettre sa voiture sur roues…
Coup d’œil. La route, Dorinne, la route… Elle cherchait vraiment compliqué. Elle n’aurait pas pu ouvrir son portail en restant assis, au lieu d’aller se balancer à la fenêtre tel un tarzan femelle à sa liane ? Charmante image, il aurait voulu savoir pourquoi ça lui passait brusquement par la tête. La nature qui s’exprimait. Il devait avoir besoin, au choix : de manger, de dormir, ou de boire. C’était le genre de choses vitales dont, au bout d’un moment, il ne pouvait plus se passer.
Un coup de feu. Il tourna franchement la tête vers la sorcière, histoire de s’assurer qu’il ne l’avait pas perdu en route ; Manquerait plus que ça. D’accord, cela ralentirait les démons qui s’arrêteraient sans doute pour voir ce qu’ils avaient eu, mais en même temps ça lui mettrait à dos la dimension rouge, et ça… Il s’en passait. Pour peu que Kaizen survive temporairement, il l’achèverait avant de rejoindre Dorinne dans son trépas, et ils se retrouveraient tous les trois morts comme des imbéciles.

Le chasseur compta les balles, se retenant de conseiller à Dorinne d’accélérer un peu, avant que lui-même n’appuie sur l’accélérateur histoire de semer ces abrutis congénitaux, et tester la capacité d’une sorcière à s’agripper à un contour de vitre de voiture. Encore une fois, Kaizen risquait de ne pas apprécier la blague. Aucun humour la descente de lit… Une balle acheva son pare brise arrière, il se jura d’exploser les dents une par une au prochain démon qu’il verrait. Ca aussi, il l’avait compris. Contre certains types de violence, on ne pouvait répondre que d’une façon : par encore plus de violence. Ce fut sans dote pour ça qu’en attendant que ce foutu portail s’ouvre, il se pencha vers la place passager pour ramasser son fusil à pompes, l’ouvrir d’un coup sec, le recharger de sa main valide pendant que l’autre reposait sur le volant. Volant qu’il allait lâche pour se retourner et tirer sur la Ford… Quand, enfin !, le portail se fit remarquer par sa présence. Il ne ralentit pas d’un kilomètre d’heure pour s’y engouffrer, y trouvant même une soudaine et inattendue accélération. A moins que ça ne soit dit à la pyromanie excessive du parasite diplômé…
Résigné, Jian passa la dernière vitesse, pria n’importe quel saint de soutenir son moteur dans cette épreuve.

Flopée de jurons. Pas de lui, mais bien de Dorinne. Très classe pour une impératrice, sincèrement, Kaizen pouvait se féliciter de sa bonne tenue en société. Enfin vu qu’il n’était pas tellement un élément social (ou sociable)… Ceci expliquait cela. La vitesse acquise par la délicatesse bovine de Kaizen s’évapora peu à peu, et le chasseur se félicita que le dragon ne lise pas ses pensées. Ceci fait, il s’assura, dans le rétroviseur du centre, qu’ils étaient bien seuls. Et, rassuré, il descendit sous un seul de vitesse raisonnable, surtout pour lui. Rouler vite, c’était sympa, mais sans fenêtre… Tout de suite ça le faisait beaucoup moins.
Il esquissa un sourire léger, satisfait de ne plus avoir à se soucier de ces incapables de démons. Du moins incapables de dérouiller deux humains. Ingrat qu’il était : ils avaient quand même bien arrangé sa voiture. Et lui ne sortait pas indemne. Et Dorinne…

«
Navré. »

Brièvement, ses yeux verts quittèrent la route pour s’attarder sur elle, de la tête aux pieds. Dommage qu’une vitre cassée soit si agressive… Il ravala son soupire. Coup de barre ? Non, juste évacuer la brève pression accumulée, juste se retrouver un rythme respiratoire de croisière, un rythme cardiaque normal.

«
Si j’ai bien compris, tu t’es tirée pour prendre ton week-end. »

Navré ? Non pas du tout. Des reproches ? Non plus. Les sorciers-dragons avaient eu tendance à se faire oublier ces dernières années, il ne leur en voulait pas particulièrement. Mieux, il s’en fichait parce que leurs affaires ne le regardaient pas, parce qu’ils ne faisaient pas parti de ses victimes potentielles. Les anges, les démons, les sorciers… C’était son quotidien, sous toutes leurs formes. Mais les sorciers dragons, non. Eux, il s’en fichait pas mal.
Ce qui ne lui imposait pas d’approuver leur courageuse façon de prendre partie dans le monde, en s’efforçant de se faire oublier. Alors que leur impératrice venait se taper un petit glace et un tour à Disney…



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Dorinne

avatar

Race : Humaine (SD)
Rang : Impératrice de la Dimension Rouge
Objets spéciaux : Moto améliorée
Titre débile : Tyrano-Dodo. Dodonosaure


MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 15 Avr - 12:09

Nous étions tous les deux sûr d'une chose, il n'était pas "navré", ça sonnait comme un "c'est balot" dans sa bouche, totalement indifférent. Mais je note l'effort, Swan lui aura au moins appris quelques civilités.

-Pas exactement. Le nouvel intendant -un type terrifiant et coincé comm... Kaizen se râce la gorge, je poursuis,Il a décidé que le palais était trop mal surveillé, trop mal organisé et que mes journées n'étaient pas dignes de moi. J'ai profité de la panique générale pour me faire la malle.

Le nouvel intendant c'est Kaizen qui l'a choisi, il l'aimait bien, cela nous changeait de Zettai-Erifial, encore que si on supprime le "zettai" Kaizen n'aurait jamais voulu en changer. J'ai dû y aller au chantage pour qu'il remplace le poste laissé vacant par mon déserteur d'ex-bibliothécaire. Il m'a bien eût en choisissant le seul homme de toute la dimension rouge qui n'avait, pour ainsi dire, pas un gramme d'humour. Il n'a déjeuné qu'une seule fois avec moi et ce fut mémorable ! Il tirait une tête infernale en quittant les lieux et plus jamais il ne s'est invité à ma table.

Je trouvais un mouchoir dans ma poche, et j'appuyais sur la coupure de ma cuisse qui avait déjà commencé à auréoler mon pantalon de rouge sombre. On se croirait sorti d'un film de James Bond. Belle voiture, des armes et des gadgets dedans, James au volant, Bond sur le siège passager... Je n'ai pas la poitrine suffisante pour être une James Bond-girl.

-Mais oui, j'ai pris ma journée, après deux ans enfermée dans le palais.

Petit justificatif d'absence... Ils ont tous tellement peur que je me casse un ongle qu'ils seraient capable de bâtir un palais en caoutchouc !
Ce qui expliquait aussi l'évolution en mal de ma pathologie mentale d'origine. J'étais grimpée d'un échelon sur l'échelle de la folie. J'en étais à l'étape : laissons couler... Mieux en rire qu'en pleurer.
Mais rire au nez d'un dragonnier vieux comme le monde qui essaye de vous narrer -en très détaillé- la dernière bataille de Calypso, Kaizen y mettant du sien pour combler les vides... Faisait partie des dommages quotidiens. Les pauvres ne cessaient de dire que j'étais une gamine sans aucune éducation, même s'ils ne le disaient qu'à Kaizen, parce que bon, je reste impératrice et tant que les Gardiens n'en auront pas décidé autrement -jusqu'à ma mort donc- ils continueraient tous de se ratatiner devant moi.

-Tu faisais quoi dans cette station service, à part te faire suivre par un démon ?

Je n'ai pas souvent croisé Jian sans Swan, et inversement. Peut-être une fois chacun et les circonstances semblaient propices à une brève séparation, mais là... Finalement, je n'ai pas très envie d'avoir une réponse. Entrer dans le monde de Jian c'est trop risqué, même pour moi. Même pour Kaizen je suppose aussi.

En y pensant, nous sommes en Suisse, mais je n'ai aucune idée d'où nous sommes plus précisément. J'aurais pu nous ouvrir un portail au fond d'un montagne sans m'en rendre compte.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://entre-monde.forumactif.com
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 15 Avr - 16:15

Pas exactement, mais oui.
Donc c’était bien ce qu’il avait dit. Elle s’était tirée, dans le sens où ça n’avait pas été prévu ni autorisé, et elle avait pris son week-end, sa journée pour être précis. Son intendant, ça n’était pas plutôt un substitut maternel ? Dans le genre de Swan, avec en bonus un côté « terrifiant et coincé comm… » ... Comme un clown dans des chaussures taille 36 ?
Il voyait assez bien le genre de gars que ça pouvait être. Rasoir, à flinguer. Le genre de gars auquel il aurait collé une balle dans la tête, ou encore son poing dans la figure. A moins de le mettre lui-même la tête la première dans un composter.
Deux ans enfermée dans le palais.

Par l’intermédiaire du rétro, assez reculé et large pour le lui permettre, il observa la sorcière. Sévèrement, mais sans aucune critique. Deux ans, c’était long pour rester enfermé. Même pour une impératrice… Elle avait dû se « faire la malle » plus d’une fois. Lui demander ? Elle ne répondrait pas, ou mentirait. Encore mieux essayer de le savoir sans passer par elle. Il demanderait à Swan de s’occuper de faire une ou deux recherches…

Un geste du côté de Dorinne attira ses yeux verts, et il abandonna sa route du regard. Adieu le pantalon demoiselle, celui-là elle pourrait le mettre à la poubelle. D’abord parce que le temps qu’elle arrive à son palais, et à sa machine à laver, son sang aurait largement séché. Ensuite parce qu’elle était peut-être douée pour beaucoup de choses, mais sûrement pas en couture, et elle aurait du mal à rattraper son pantalon.
A moins que son intendant se charge de donner une seconde vie audit pantalon, mais si ce type était comme elle le décrivait… Il lui conseillerait sûrement d’aller s’en racheter.

Donc, bilan des courses : une vitre de station service, un enregistreur de vidéo surveillance, une glace pistache framboise et dieu sait quoi, une carrosserie de BMW, plus les vitres latérales, un pare-brise arrière, un pantalon, une broche, dix centimètres de trou dans un bras, et une cuisse, un mouchoir, une sucette, un chiffon.
Chiffon… Il regarda son avant bras. Chiffon, c’était gentil, ça ressemblait plutôt à… A pas grand-chose. A un machin plein de sang. En même temps conduire impliquait de passer ses vitesses, ce qui impliquait d’utiliser son avant bras. Bientôt la broche pointerait son nez dehors toute seule… A moins qu’il n’arrête de conduire. Ou qu’il file le volant à Dorinne ? Même pas en rêve, il ne restait déjà plus grand-chose de sa belle voiture. Ca l’aurait arrangé de préserver le reste, histoire de ne pas avoir à la remonter façon puzzle.
Et la question à cent balles…

«
Je prenais de l’essence. »

Original quand on est dans une station service. Quoiqu’il aurait aussi pu s’arrêter pour se payer une bouteille (ou plutôt cinq ou six), ou encore pour se payer des cigarettes.
Et dire la vérité ?

Maggie lui avait sérieusement tapé sur le système à huit heures tapantes, elle avait même crû nécessaire de venir avec Yannick alors qu’il n’avait aucune envie de voir ce gosse. Il avait essayé toutes les méthodes orthodoxes pour s’en débarrasser, en restant aussi diplomate qu’il le pouvait, mais elle avait insisté. Quand elle avait haussé le ton pour le traiter de père indigne, il avait senti son Cz le démanger sérieusement. Swan s’était pointé exactement au moment où il songeait à la foutre dehors avec toute la force de sa bonne humeur. Et alors que son ami s’employait à faire entendre raison à cette demeurée…
Le chasseur détourna le regard, et de Dorinne, et de sa route. Pas plus d’une seconde.
Les yeux noirs du môme avaient eu quelque chose d’étonnement sérieux.
Sale gosse, sale fille, il s’était tiré.

«
Disons que moi aussi, j’avais besoin de prendre l’air. »

Comme s’il ne le prenait déjà pas assez…
Deux ans passé, il n’avait jamais aussi peu chassé. Trop de choses à s’occuper, trop de monde à gérer. Et pas question de nommer un intendant. Il préférait encore tout faire lui-même. Son nombre d’heures de sommeil était divisé par cent certaines semaines, mais au moins s’il y avait un problème, il ne pouvait se le reprocher qu’à lui-même. Et puis il était au courant de ce qui se passait, de quoi allait où et comment, de qui était où et pourquoi. C’en était à se retrouver avec un cerveau en pleine surchauffe, cependant tout était sous contrôle. Tout, sauf ces filles assez folles pour s’enticher de lui et lui faire un gosse dans le dos. Il s’en serait presque fait moine.
Passant une vitesse trop violemment, il se demanda s’il n’allait pas laisser son bras sur le levier. Une pause en pleine campagne inconnue ? La carpette amazonienne n’apprécierait pas, seulement il était hors de question qu’une brosse à reluire en peau de serpent prenne le volant. Et puis quoi encore ? Doucement, il freina, ralentit, freina, mis le clignotant, jusqu’à s’arrêter sur le bas côté. Sans s’adresser à la sorcière-dragon, il glissa ses clés dans un des poches de son jeans, et sortit de la voiture. Alors qu’il claquait la portière, les derniers éclats de vitre tombèrent du cadre à ses pieds. Il ne trouva aucune raison valable de ne pas marcher dessus, pourtant il les évita en s’adossant à sa voiture. Enfin sortit une cigarette et se l’alluma.

Le problème avec Yannick, ça n’était pas rien que le fait qu’il existe. Ou que sa mère soit une sale… Non le souci, c’était qu’à moins de revoir sa façon de fonctionner, il serait bien obliger de le laisser avec elle. Même si c’était son gosse à lui.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Dorinne

avatar

Race : Humaine (SD)
Rang : Impératrice de la Dimension Rouge
Objets spéciaux : Moto améliorée
Titre débile : Tyrano-Dodo. Dodonosaure


MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 15 Avr - 16:49

Petit crissement, léger, des bouts de verre écrasés, de ceux qui finissent de se détacher de la voiture, de ceux qui ont fini de trembler sur les tapis. Et le cuir de la voiture qui grince légèrement. Kaizen s'est échappé dehors. Le seul sentiment qui me parvient de lui c'est l'impression d'être réellement tombé nulle part.

*De quoi tu te plains, j'aurais pu nous envoyer au milieu d'une rivière ou dans le trou du... d'un éléphant.
Charmant.
À ton service.

Si la ballade est terminée rentre.
Non. Je rentrerai pour le dîner et si je ne me trompe pas le soleil se couchera dans deux heures en dimension rouge, ce qui me laisse encore deux heures pour souffler. T'as qu'à dire à môssieur l'intendant que je prépare un discours d'intronisation de sa petite personne, il sera tellement excité qu'il en dansera une polka.

Reste ici dans ce cas. Si ça chauffe à nouveau tu rentres.
Chef. Oui Chef !*


Autant ne pas lui faire la remarque que ça n'a chauffé qu'à partir du moment où il s'est amusé à prendre les démons pour des bougies... Kaizen a repris une forme décente. Quelques centaines de kilogrammes en plus. Encore heureux que personne n'était dans le coin pour voir ça. Il ouvrit un portail qui apporta avec lui un vent chaud plein de poussière et disparu sans attendre.
J'avais tout juste eu le temps de quitter la voiture moi aussi. Manquerait plus qu'elle finisse de se décomposer sur ma tête. Elle était jolie à l'origine sa danseuse... Dommage qu'elle fut obligée de rencontrer quelques démons en cours de route.
Je n'ai pas osé claquer la portière, je l'ai entrebâillé et je suis allée m'assoir sur le coffre.

Et lui raconter quoi ? Bah oui, parce que je ne suis silencieuse que lorsque je mange, quoique, ou quand je suis malade / blessée. Et maintenant en l'occurrence. Je l'ai regardé fumer comme un de ces mauvais garçons sortis d'un film. Ils conduisent de belles voitures, gèrent l'adrénaline et les situations dangereuses de la même façon : avec sang froid. Les midinettes les reluques dans la rue et ils peuvent boire et ne jamais finir ivre. Sauf quand ça va pas. Et là, il y a toujours un gars sympa qui vient lui remonter le moral...
Alors, il est où le gars ?Et la bouteille ?
Incapable de savoir comment le prendre. Lui raconter des conneries passe du haut de la liste à la toute fin. Il a du sang sur le bras et on a tous les deux des éclats de plexiglas sur nos vêtements. Me voilà à retirer les petits bouts scintillants de ma tête, manquerait plus que je me blesse bêtement.

-Besoin de te remettre les idées en place ?

Ce n'est pas une menace, juste une question... Venant de Kaizen se serait une menace, venant de moi c'est de l'indiscrétion. J'y peux rien, je suis comme ça. Je ne peux pas me taire, c'est maladif. Non c'est génétique. Je suis une fille.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://entre-monde.forumactif.com
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 15 Avr - 18:04

Admiration total pour la discrétion naturelle de Kaizen, en pleine translation de son vaste postérieur jusqu’à une dimension meilleure. Chaleur, vent, poussière… Jian n’avait jamais été en dimension rouge, il n’avait aucune raison d’y aller. Mais l’ambiance avait l’air d’être de ce style là, et il y avait de bonne chance pour que le piège à souris géant s’y soit rendu. Un client part, un autre arrive. Si un dragon se pointait, il lui apprendrait à se promener sur Terre comme un éléphant l’aurait fait dans un magasin de porcelaine. Ces foutues bestioles, décidément… Aucun savoir vivre. Et ça se prétendait capable d’éduquer une impératrice ? Même lui, en étant son propre professeur, avait eu une formation plus… Quoique non, mauvais exemple. Mais il préférait encore s’être débrouillé. Subir des leçons d’un autre… Il ne l’aurait pas supporté plus d’un quart d’heure. Le temps de songer à s’ennuyer.
La première bouffée qu’il tira de sa cigarette ne fit que passer ses lèvres brièvement, avant d’envahir sa bouche, puis qu’il ne la souffle. Il se remplit les poumons de la deuxième, avant de la laisser s’évader. La troisième, il la cracha presque, avant de se tourner vers Dorinne pour la regarder se débarrasser des restes de ses vitres. Sa main libre vint se poser sur la carrosserie, la caressa jusqu’au petit cratère causé par une balle. L’envoyée promener ?

Ils ne prétendaient pas être proches, encore moins être amis. Ils n’étaient tous les deux que des « grands » de cet Univers, et prenaient le luxe d’oublier ça, les rares fois où ils se trouvaient face à face. Le jour où ils devraient se rencontrer, elle en impératrice, lui en général… Il n’avait pas hâte de le voir venir.

«
Sérieusement besoin même. »

Ca n’était pas la première fois que ça arrivait, et comme toutes les fois précédentes, il trouverait bien une solution. Une chose à apprendre : se faire confiance. A force d’à force c’était devenu naturel chez lui, et ça lui permettait de se faire beaucoup moins de soucis.
Même si ça n’empêchait en rien les choses de lui taper sévèrement sur le système. Du genre très sévèrement.
Comme aujourd’hui.
Et Dorinne…

Il aurait voulu comprendre pourquoi c’était sur elle qu’il était tombé aujourd’hui.
Il aurait voulu avoir le choix, et ne pas déprendre de ces hommes dont il était supposé être le chef, ne pas déprendre de l’administration, de l’argent, des hunters, de tout ça. Il songea aux paroles de Nathyss, à celles de Yuan. A tout ce qu’ils avaient bien pu dire la prochaine fois qu’ils s’étaient vus.
« Si tu le pouvais, tu serais comme nous. »
Ces deux fils de… Mais ils avaient eu raison. Le jour où il le pourrait, il deviendrait comme eux, et rien ne l’en empêcherait. Pas même Swan et ses belles paroles, et son amitié, et… Rien. Il tira à nouveau sur sa cigarette, cracha sa fumée vers le ciel.
« Toi aussi tu te bats pour l’humanité. »
Quel ordure ce type… Entendre ça de la bouche d’une moitié de robot, d’un cyborg… Mais Nathyss ne plaisantait qu’une fois sur deux, Yuan également. Et ils n’avaient pas eu tellement besoin d’insister pour qu’il se rallie à leur cause, pour qu’il les laisse agir à leur guise sans leur mettre des bâtons dans les roues. Une entente pacifique, mais ça n’était pas une alliance. Du moins pas encore. Ca aussi, il le savait très bien : ça le deviendrait bien assez tôt.

En se penchant à l’intérieur de la voiture, il écrasa sa cigarette dans le cendrier. Redressé, il rejoignit Dorinne, sans s’asseoir à côté d’elle. Tâter le terrain, savoir… Besoin de se remettre les idées en place ? Il aurait l’air de quoi, à lui parler de Yannick ? Il savait ce qu’il voulait faire. Ce qu’il ne savait pas, c’était comment. Et ça… Il doutait qu’une impératrice enfermée deux ans dans son propre palais puisse l’aider.

«
Sa et Tylh sont venus te voir ? »

Dans la Dimension Rouge ? Ils en auraient été capables.
Ne pas les appeler par leurs prénoms, ne pas trahir ce qu’il pensait d’eux, et qu’il les avait vu. Même si le fait de poser la question sous-entendait que lui, ils étaient venus le voir.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Dorinne

avatar

Race : Humaine (SD)
Rang : Impératrice de la Dimension Rouge
Objets spéciaux : Moto améliorée
Titre débile : Tyrano-Dodo. Dodonosaure


MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Ven 15 Avr - 19:24

Sa et Tylh ? Qui c'est ça déjà ? Je fouillais ma mémoire les yeux fermés. Peu de lumière, sous le ciel gris du centre européen. Des montagnes au loin, nous étions proches des Alpes, de l'herbe et de l'humidité à perte de vue avant que je ne rabattent mes paupières. Comment on pouvait être paumé dans un pays aussi petit ? Bonne question mais il semblerait que ce soit possible.
Donc Sa et Tylh. Deux noms qui me disaient vaguement quelque chose. Je l'ai lu dans un livre ? Non, tous les personnages dont j'ai eu le nom sous les yeux via la collection privée de dimension rouge (rapatriée d'Alexandrine) étaient morts ou tellement vieux qu'ils ne faisaient plus un pas sans que quelqu'un ne les aide. Et vu que ces deux là doivent être en mesure de bouger...
Bouger. Mais oui bien sûr !

-Tu veux parler du poivrot et de l'autre sexiste aux cheveux longs ? Nathyss et Yuan si mes souvenirs sont bons...

Et ils ne le sont presque jamais, faut dire que depuis que Kaizen se fait les dents sur ma mémoire j'ai des trous plein la cervelle.

-Ouaip, ils sont venus y a un bout temps, finis-je par dire.

Il ne pouvait parler que d'eux, et d'un coup je ne me sentais plus comme une Dorinne à côté de Jian mais comme l'impératrice profitant d'une occasion rare de discuter avec le général des hunters. Que devais-je lui dire, que pouvais-je lui raconter ?
Je venais tout juste de poser mes bagages en dimension rouge. L'afflux de dragonniers a été presque automatique, des gens arrivais en masse et pas que des sorcier-dragons, beaucoup de personnes voulaient profiter de l'instabilité de cette drôle de renaissance pour se refaire une vie. Autant de braves gens que de criminels, autant de dragons sauvages et de cultures différentes. Et ces deux là ont voulu entrer dans la dimension. Eseldar refusait de laisser entrer un pareil bâtiment de guerre dans l'imperium alors ils se sont pointés tous seuls. Et après avoir posé les pieds sur mon bureau, ils m'ont proposé une offre que je ne pouvais pas refuser. Le roi des démons s'était fait la malle définitivement, Raphaël était porté pour mort et les nouveaux rois comptaient bien profiter de la situation à leur tour. Écraser les dragons avant qu'ils ne deviennent trop imposant.
Impossible de refuser. J'ai accepté l'alliance. En cas de pépin ils peuvent poser leur bâteau dans ma dimension, ou demander quelques renforts. En échange, ils feront en sorte que la dimension rouge ait le temps de renaitre tranquillement.
Deux ans de paix. Va savoir quand ça s'arrêtera. Je n'ai pas l'étoffe d'un général.

-Je suppose qu'ils t'ont rendu une petite visite aussi ?

Je ne lui dirai pas de but en blanc qu'on a passé un accord, le grand type assit à côté de moi n'aurait qu'à en avoir l'envie pour décider de me prendre en chasse. Je l'aime bien. Mais j'aime ma vie un peu plus que lui. Les discussion politique ça finit toujours en engueulade de toute façon, ce serait bien si on pouvait éviter de trop s'en dire par erreur. À moins qu'il ne sache déjà ce qui se trame autour du Rainheart.

-Du peu que j'en ai vu, ils ont une dent contre l'autorité des anges et des démons.



* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://entre-monde.forumactif.com
Jian

avatar

Race : Humain
Rang : Général
Objets spéciaux : Bracelet d'annihilation de toute forme de magie. Lv 8

MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   Sam 16 Avr - 13:51

Nathyss et Yuan, Yuan et Nathyss… Un sexiste au cheveux long, un poivrot… Elle n’avait pas eu avec eux la même conversation que lui, c’était évident. Il n’avait pas eu l’occasion de remarquer que Yuan était sexiste, par contre, le côté ivrogne de Nathyss… Même en le voulant, il n’aurait pas pu ne pas le remarquer. Ce type buvait comme un trou, c’était hallucinant. Quoiqu’il le faisait à peu près autant que lui, donc au final, il n’avait pas grand-chose à dire.
Enfin, les souvenirs de la sorcière était en tout cas bons, et il l’indiqua d’un bref signe de tête.

Un bout de temps… Alors elle ne les avait pas revu.
Lui ? Pas récemment. Même si, sans se voir, ils continuaient de s’échanger de temps à autres des informations. Lui quand il jugeait certaines choses importantes, eux quand ils avaient besoin que les hunters se débarrassent de certains anges, démons ou sorciers particuliers. Ou quand eux aussi avait une information importante, du moins… Pour être exact, ils lui disaient ce qu’ils voulaient bien lui dire. Le reste, soit il était assez malin pour le trouver tout seul, soit il jouait la carte de l’indifférence et ne mordait pas à l’hameçon. Mais c’était dur, parce que ces deux-là savaient très bien jouer au chat et à la souris, ils savaient très bien obtenir ce qu’ils voulaient. Ils n’avaient rien à perdre. Et à présent, avec Yannick…
Il préférait encore ne pas y penser.
Mais il y pensait quand même…
Le jour où il se lasserait de leur belle mentalité, où jouer avec eux se révélerait ennuyeux à cause de ce rapport de force qui existait… Ils auraient bien beau jeu. Ils étaient doués pour obtenir de quoi forcer la main à quelqu’un, ils sauraient pour le môme. Ils savaient peut-être déjà. Ils l’avaient sans doute su avant lui… Et ils savaient qu’ils n’avaient pas besoin de dire quoi que ce soit, parce qu’il savait tout seul ce qu’il risquerait maintenant, à rompre leur entente.

Le général des chasseurs hocha à nouveau la tête.
D’elle aussi, ils avaient obtenu la forme de soutien qu’ils cherchaient ?
Les dernières paroles de Dorinne attira ses yeux verts sur elle.

«
Tout comme moi. »

Contre la supériorité des anges et des démons, leur foutue manie de se croire chez eux sur Terre, de toujours les regarder de haut, eux, les pauvres petits humains, si médiocres… A cette simple pensée, il serra les poings. Les petits humains aussi étaient capables de se défendre. Et la Terre n’était qu’à eux, de même que le Paradis était aux anges, l’Enfer aux démons, la Dimension Rouge aux dragons.
Yuan et Nathyss. Ils n’avaient pas eu beaucoup de mal à lui faire prendre parti.

Percutant qu’ils étaient à la limite de parler politique, et tout ce qui va avec, Jian dévisagea la sorcière en un quart de seconde, avant de s’absorber dans le paysage. Elle n’était pas son ennemi, elle n’était pas son alliée non plus. Elle était une sorcière-dragon, elle était impératrice. Et lui, sa qualité de général ne lui permettait plus de faire la distinction entre les anges, les démons et les sorciers, dragons ou pas. Il aurait voulu que la limite soit bien précise entre eux deux, et en même temps c’était… Reposant qu’il n’y en ait pas vraiment. Être impératrice et général, ils pouvaient s’octroyer des droits que personne d’autre n’avait. De la confiance ? Non. Mais elle, elle n’était pas… Mesquine ou sournoise. Et comme l’autre marmotton à écailles n’était plus là pour l’être…

«
Eux et moi sommes du même côté. »

Au cas où elle se poserait encore la question.
Oui, lui aussi avait eu le droit à une petite visite. Ils l’avaient trouvé sans mal, chez lui. Ils étaient entrés sans mal. Ils étaient venu lui parler comme s’il les avait invité. Et chaque mot de cette conversation, il les avait retenu. Ils étaient du même côté.
Un bien de lui avouer ça ? Encore mieux qu’elle le sache. Les sorciers-dragons ne pouvaient pas encore s’offrir le luxe de se mesurer à qui que ce soit. Et surtout pas aux hunters qui, tous rassemblés comme ils l’étaient aujourd’hui, seraient bien capables de leur tenir tête.

«
Je ne suis ni un démon ni ange… »

Il n’avait rien à craindre d’eux. Il n’était qu’un humain, même un peu spécial. Il avait une mentalité proche de la leur.
Il n’avait rien à craindre d’eux, et pourtant quand il regarda Dorinne, son regard émeraude trahit le fond de sa pensée. Ses gars ne lui inspiraient bien de bon, et il avait beau ne pas être devin , savait très bien que quand ils passeraient à l’acte, tout le monde regretterait le passé. Y comprit les hunters.

«
Dans quel camp seront les sorciers-dragons ? »

Question posée de but en blanc. Sans que ses yeux ne quitte la jeune femme. Il n’aimait pas faire de la politique, il n’aimait pas la politique. Les alliances, les ententes, les pactes, tout ça… Il n’aimait pas être lié à qui que ce soit par quoique ce soit. Il n’aimait pas imaginer les hunters liés à qui que ce soit.
Mais pour le coup, il aurait voulu savoir vers qui, en cas de pépin, il pourrait se tourner pour sauver ses chasseurs.




* * *


Revenir en haut Aller en bas
http://viesduneame.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toujours les mêmes [pv Dodo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Toujours les mêmes [pv Dodo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anges, Démons & Sorcellerie :: La Terre :: Provinces et campagnes-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit